X

Recherches fréquentes

ACTUEL
BIEN-êTRE ANIMAL

Du lait encore plus durable

Le lait conventionnel doit répondre au nouveau standard plus exigeant en matière de bien-être animal. Les laits des marques propres Coop satisfont à des règles encore plus strictes. Cette norme profite aux agriculteurs, aux consommateurs et aux vaches.

PHOTO
GETTY IMAGES, DR
14 mai 2019

L'engagement de Coop en faveur du bien-être animal est reconnaissable à ce logo sur les emballages de lait.

Les Suisses boivent de moins en moins de lait. Au cours des dernières années, la consommation par habitant n’a cessé de diminuer. Selon Tobias Schuler (40 ans), responsable des achats de lait chez Coop, «ce recul est lié à l’évolution des habitudes alimentaires». Le lait pur serait peu à peu délaissé au profit des boissons lactées. «En parallèle, les consommateurs veulent du lait plus durable, constate-t-il. La consommation de lait bio a constamment augmenté ces dernières années. Chez nous, un tiers du lait vendu aujourd’hui est à valeur ajoutée durable.»

Une évolution qui se reflète dans l’Interprofession du lait (IP Lait), dont Coop est membre. L’association, sous l’impulsion de Coop aussi, a décidé de soumettre les producteurs laitiers à des règles plus strictes en matière de bien-être animal et d’affouragement. Ils doivent, entre autres, respecter les prescriptions des programmes SRPA ou SST de l’Office fédéral de l’agri­culture (voir encadré). En contrepartie, ils reçoivent une prime de durabilité de 3 centimes par kilogramme de lait.

«Coop se réjouit de l’initiative d’IP Lait, déclare Tobias Schuler. Mais nous allons encore plus loin avec les laits de nos marques propres.» L’an passé, Coop a durci les exigences en matière de bien-être animal pour certains types de lait. «La production du lait livré à Coop doit être beaucoup plus respectueuse des animaux et plus naturelle. Les agriculteurs sont tenus de respecter le programme SRPA plus l’un des deux autres programmes de la Confédération en faveur du bien-être animal, explique Tobias Schuler. Nous convertissons progressivement les laits conventionnels de nos marques propres Coop, y compris Qualité & Prix et Prix Garantie.» Mais qui dit lait plus durable, dit aussi investissements accrus pour les agriculteurs: pâturages, étables à stabulation libre, leur propre fourrage. «Afin de pouvoir financer toutes ces mesures, Coop verse en moyenne 5 centimes de plus aux producteurs, détaille Tobias Schuler. Et le prix du lait en magasin augmente légèrement.»

L’an passé, le lait pasteurisé a par conséquent renchéri. Cette année, c’est au tour du lait UHT. Les recettes supplémentaires sont intégralement reversées aux agriculteurs, selon Tobias Schuler. Ils sont donc – avec leurs vaches – les principaux bénéficiaires de la nouvelle norme. MKO

Le lait livré à Coop doit respecter les prescriptions du programme fédéral SRPA et d’au moins un autre programme fédéral.

SRPA (sorties régulières en plein air): les vaches doivent passer au moins 26 jours par mois dans les pâturages en été et avoir accès à des aires extérieures toute l’année.

SST (systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux): ce programme définit les exigences en matière de litière et de détention en groupes. L’exploitation doit, au minimum, être équipée d’une étable à stabulation libre.

PLVH (production de lait et de viande basée sur les herbages): les animaux sont nourris d’herbe, de foin, de regain (herbes coupées) et d’herbe ensilée. Ce programme favorise une production de lait avec peu d’aliments concentrés.

Plus d’informations sur le Programme Coop pour le lait (en français): www.coop.ch/milch

Nouvelles exigences de COOP vis-À-vis des producteurs Laitiers