X

Recherches fréquentes

CONSEILS
ÉDUCATION

Elle ne veut pas du camp de ski

Devons-nous forcer notre fille, plutôt bonne skieuse, à aller à ce camp? Comment comprendre son refus?

PHOTO
Frédéric Michaud | Martine Dutruit
03 décembre 2018

Notre fille de 13 ans refuse catégoriquement de partir en camp de ski. Il nous semble pourtant qu’elle a de bons camarades dont elle ne se plaint jamais. Nous allons skier en famille et elle est plutôt à l’aise. Devons-nous la forcer à y aller?

Conseillère pédagogique

Isabel Pérez

Directrice d’une école privée, auteure notamment du livre «Mon enfant réussit sa scolarité»

Les camps représentent beaucoup d’enjeux pour les écoliers et peuvent susciter de l’appréhension tant pour les enfants que pour les parents d’ailleurs! Chez les plus jeunes, on relève surtout des craintes liées à l’éloignement des parents, au fait de dormir dans un autre cadre, sans veilleuse par exemple. Certains souffrent d’énurésie et craignent que cela soit découvert et génère des moqueries.

Beaucoup de pré-adolescents et d’adolescents se réjouissent tout naturellement d’être éloignés des parents, de la fratrie. Le camp, le sport, ne représentent qu’un prétexte qui répond à leur désir, voire leur besoin d’indépendance. Cela étant, on ne peut bien sûr pas généraliser, et, comme pour votre fille, la question des écoliers qui refusent les camps se pose parfois. Certains jeunes sont plus casaniers et peinent à voir leurs habitudes se modifier, à s’éloigner de leurs amis et même des parents. Partir en camp, c’est être aussi coupé des écrans; de plus en plus d’écoles demandent aux élèves de ne pas prendre de téléphone portable. Ainsi, toute une vie leur échappe: les échanges sur les réseaux sociaux, les jeux en ligne. Des ados se sentent «coupés du monde».

Demandez-lui ce qu’elle craint

Rappelez à votre fille que les camps sont obligatoires. A moins d’être en possession d’un certificat médical ou d’avoir un argument solide, en tant que parents, vous devez laisser votre fille partir avec sa classe, comme vous devez la scolariser. Tentez de la questionner afin de définir ce qu’elle refuse: est-ce de faire du sport au quotidien? D’être avec ses camarades de classe? Craint-elle de changer ses habitudes alimentaires? A-t-elle un amoureux dont elle ne veut pas s’éloi-gner? Est-elle moquée et n’a pas envie de subir cela durant une semaine? La cruauté des jeunes entre eux peut parfois décourager les plus téméraires et causer des dégâts: baisse d’estime de soi, manque de confiance...

Une personne à qui s’adresser

Par précaution et pour lui montrer que vous entendez sa demande, je vous conseille, si votre fille refuse toujours de s’exprimer, de contacter ses enseignants sans le lui cacher. Les enfants gardent parfois secrète leur vie sociale ou scolaire et des évènements échappent aux parents. Demandez aux professeurs comment est l’ambiance en classe, votre fille est-elle intégrée? Soupçonnent-ils des tensions? Votre fille peut-elle contacter une enseignante, un médiateur scolaire, une infirmière pour évaluer la situation? Si après ces démarches elle se rend à ce camp, assurez-vous qu’elle sache à qui s’adresser en cas de problème.

Vos données