X

Recherches fréquentes

CONSEILS
ÉDUCATION

Dyslexie et examens

Avec un enfant dysorthographique et dyslexique, est-ce une bonne chose de donner plus de temps aux examens? Ne va-t-il pas en pâtir plus tard?

PHOTO
Frédéric Michaud
22 avril 2019

Conseillère pédagogique

Isabel Pérez

Directrice d’une école privée, auteure notamment du livre «Mon enfant réussit sa scolarité»

Notre fille est dyslexique et dysorthographique. En juin, elle a des examens et son enseignant propose qu’elle passe les épreuves avec d’autres camarades en difficulté. Tous auront droit à plus de temps pour rendre leurs copies. Est-ce un bon service qu’on lui rend puisqu’un jour elle n’aura pas cette béquille? Nous ne sommes pas convaincus que le temps l’aidera à faire mieux.

Lorsqu’on est en difficulté, notre concentration et notre attention sont mises à rude épreuve. La fatigabilité des élèves touchés par un trouble spécifique de l’apprentissage est donc plus grande. C’est pourquoi leur octroyer du temps supplémentaire peut les aider à mieux se mobiliser sur la durée. Aussi, le facteur stress est atténué du fait que les jeunes savent qu’ils sont moins limités par le temps.

Faire du temps son allié

Munissez votre fille d’une montre, dans le but de s’en faire une alliée. Qu’elle note l’heure prévue de fin de l’examen sur son épreuve, et l’heure à laquelle la moitié du temps sera passée. Dites-lui de parcourir l’examen et de débuter soit par les exercices qui valent le plus de points ou par ceux qui la rassurent.

Puis, par exemple, proposez-lui de prendre une minute pour respirer à la fin de chaque exercice. Elle pose les pieds au sol, baisse ses épaules, prend conscience de sa respiration, fait le vide ou regarde par la fenêtre avant de poursuivre.

Comment relire son test

Qu’elle garde quelques minutes pour relire et, là aussi, expliquez-lui ce qui mérite d’être relu et comment. L’idéal est de faire une relecture par difficulté. Si elle a écrit un texte, qu’elle vérifie d’abord les majuscules et la ponctuation. Lors d’une deuxième lecture, qu’elle se concentre sur les accords des sujets et verbes, puis sur les accents et ainsi de suite. Si ce sont des mathématiques, qu’elle s’assure pour chaque exercice d’avoir noté les unités dans sa réponse. Elle parcourt une autre fois l’épreuve pour refaire certains calculs. Relire ses réponses en étant attentif à une difficulté à la fois, évite de se perdre.

Et après, que se passera-t-il?

Il est désormais courant que les élèves, enfants, adolescents et même jeunes adultes, se voient proposer plus de temps, à nous adultes et formateurs de les guider pour savoir comment se servir de cette opportunité. Nul doute que ce type de stratégies seront précieuses lorsque, comme vous le mentionnez, aucune béquille ne sera offerte.

Vos données