X

Recherches fréquentes

CONSEILS
ÉDUCATION

Il a du mal à se concentrer

Notre fils souffre-t-il d’un déficit d’attention? Il a très souvent la tête ailleurs et beaucoup de peine à faire ses devoirs. Comment pouvons-nous l’aider?

PHOTO
Frédéric Michaud
14 octobre 2019

Conseillère pédagogique

Isabel Pérez

Directrice d’une école privée, auteure notamment du livre «Mon enfant réussit sa scolarité»

Notre fils de 12 ans a de la difficulté à se concentrer lorsqu’il fait ses devoirs. Il a la tête ailleurs et nous devons lui répéter moult fois les mêmes choses. Nous nous fâchons et ce n’est agréable pour personne. Pourrait-il s’agir d’un problème de déficit d’attention?

Cette description d’un écolier de cet âge est assez courante. J’observe aussi dans ma pratique une tendance fréquente à rapidement penser que l’enfant a un problème, qu’il devrait être plus… autonome, mûr, efficace. Or les garçons particulièrement sont souvent moins mûrs et, pour peu que votre fils soit haut de taille, on oublie qu’il reste un enfant. Avec sa vivacité, son envie de s’amuser, de jouer avec ses copains… bien avant de répondre aux contraintes scolaires.

Hiérarchisez les devoirs à faire

Voici quelques pistes à explorer. Quand il commence ses devoirs, listez avec lui ce qu’il doit réaliser et discutez du temps que chaque devoir pourrait prendre, notez-le. A la fin comparez le temps estimé et le temps effectif passé pour chaque tâche. Demandez-lui de débuter par ce qui nécessite le plus gros effort de concentration; par exemple une poésie à mémoriser, un exercice difficile. Dites-lui quand environ les devoirs seront finis et ce qu’il pourra faire après. Il prendra progressivement conscience du temps passé pour les contraintes… et pour les moments de loisirs.

Sollicitez ses sens

Variez le type de devoirs à faire en fonction des sens qu’il devra utiliser. A-t-il des choses à écrire, à lire, à réciter? Il utilisera le toucher pour écrire, la vue pour lire et l’ouïe s’il récite. Si le même sens est utilisé de manière prolongée, il y a une fatigue et une lassitude. Il vaut donc mieux passer d’un sens à l’autre pour maintenir la concentration. Proposez-lui d’apprendre par exemple des mots de vocabulaire en marchant, en vous les épelant. Dites-lui de travailler par tranche de 20 minutes et accordez-­lui une pause de 5 minutes pour croquer dans un fruit ou pour vous raconter une anecdote. Voyez s’il existe dans votre région des cours de brain gym ou de gestion mentale; des approches qui donnent des outils aux écoliers et aux étudiants pour améliorer leur efficacité.

Observez-le au quotidien

Enfin, si vous observez des difficultés de concentration dans d’autres sphères (tâches domestiques, sport) et qui se révèlent durables et récurrentes, il est judicieux de partager vos observations avec son pédiatre. Il pourra alors évaluer avec vous la pertinence de pousser les investigations ou vous adresser à un spécialiste. 

 

Vos données