X

Recherches fréquentes

CONSEILS
EDUCATION

L'uni sans passer par le gymnase

Notre fils n’a pas d’assez bons résultats pour entrer au gymnase. Quelles autres solutions a-t-il pour accéder à l’université ou à des études supérieures?

PHOTO
Frédéric Michaud
17 juin 2019

Conseillère pédagogique

Isabel Pérez

Directrice d’une école privée, auteure notamment du livre «Mon enfant réussit sa scolarité»

Nous sommes préoccupés pour l’avenir de notre fils. Il n’aura pas les résultats pour entrer au gymnase dans la voie qui mène aux études universitaires. Nous sommes tous deux universitaires et n’avons jamais envisagé une autre filière. Quelles solutions y a-t-il?

Choisir une formation demande du temps. S’informer des possibilités, se connaître assez pour savoir quel chemin prendre, faire des sacrifices pour accéder à ses aspirations. S’assurer que ses aspirations correspondent à ses compétences… Vous devez aussi proposer à votre jeune la meilleure possibilité – pour lui – condition sine qua non pour qu’il se l’approprie et ait la motivation de mener un projet à terme.

Les débouchés des apprentissages

En cette fin d’année scolaire, décrocher un apprentissage sans avoir fait de stage me semble compromis. Envisagez ensemble une année de pause pour construire un projet. Organisez une rencontre avec un conseiller en orientation.

Votre fils passera des tests et discutera de ses intérêts, de ses compétences et de leur adéquation avec les exigences de plusieurs voies. Informez-vous des débouchés offerts par les apprentissages. Vous avez un idéal qui ne correspond peut-être pas aux aspirations de votre enfant.

Cela étant, dans le fond, n’est-ce pas un avenir heureux que vous lui souhaitez? Après l’obtention d’un certificat fédéral de capacité, nombre de filières permettent, moyennant une année d’études supplémentaires, d’obtenir une maturité professionnelle. Ce titre mène aux hautes écoles, voire à l’université. La volonté d’étudier peut émerger en tout temps. Il est donc sage que votre fils n’écarte pas ce choix. Non pas pour faire plaisir à ses parents, mais parce qu’il va évoluer, changer. Pendant un an, votre fils peut réaliser nombre de stages et relever ce qui lui plaît ou déplaît. Par ce biais, il peut aussi rencontrer un patron qui souhaitera l’engager.

Pensez aussi à un séjour linguistique comme au pair ou chez des connaissances, il en reviendra certainement plus mûr et plus sûr de ses choix. De plus, les compétences linguistiques sont toujours fort appréciées.

De nombreuses passerelles

Quand votre fils aura du recul sur toutes ces expériences, il y a de fortes chances qu’il saura quoi choisir pour débuter sa carrière professionnelle. Enfin, dites bien à votre enfant que le premier métier vers lequel il se dirigera ne sera probablement pas celui dans lequel il finira sa carrière.

En Suisse, les reconversions sont rendues possibles par beaucoup de passerelles et de formations continues.

Vos données