X

Recherches fréquentes

CONSEILS
ÉDUCATION

Premier chagrin d'amour

Notre fille de 10 ans vient de vivre une déception amoureuse et en est très affectée. Comment réagir et l’aider?

PHOTO
Frédéric Michaud
25 mars 2019

Nous avons été convoqués par l’enseignante de notre fille de 10 ans qui s’inquiète de la voir dissipée et d’humeur changeante. Nous en avons parlé à notre fille qui a fondu en larmes. Elle nous a déclaré qu’elle avait donné un billet à une amie pour un de ses camarades dont elle est amoureuse. Malheureusement, ce n’est pas réciproque et maintenant plusieurs élèves se moquent d’elle. 

Conseillère pédagogique

Isabel Pérez

Directrice d’une école privée, auteure notamment du livre «Mon enfant réussit sa scolarité»

Nous sous-estimons souvent ce qui se passe dans un cœur et dans la tête d’un enfant, d’un adolescent lorsqu’il vit ses premières amours. Un chagrin d’amour peut avoir de sérieuses conséquences. Votre fille a pris son courage à deux mains pour rédiger ce billet, le remettre en toute confiance à une camarade, attendre une réponse. Dites-lui que vous êtes fiers d’elle, de sa prise de risque. Elle doit désormais surmonter sa déception de ne pas plaire à son élu, affronter, au quotidien, le regard des autres qui peut provoquer chez elle un sentiment de honte. Pour couronner le tout elle se sent peut-être trahie par son amie. Ce sont beaucoup de bouleversements pour le cœur d’une fillette de 10 ans.

Extérioriser ses émotions

Votre fille va avoir besoin de votre bienveillance, de votre empathie, d’écoute et de câlins. Sans l’influencer dans ses réponses, demandez-lui ce qu’elle sent, ressent. Qu’est-ce qui la chagrine et fait couler ses larmes? Si elle peine à verbaliser, proposez-lui des activités créatives, du dessin par exemple, pour mettre en images ses émotions et lui permettre de les extérioriser.

Sachez rester pudique et respecter ses silences. Vous pouvez aussi partager avec elle des récits, des contes ou des films dans lesquels ces situations sont vécues et surmontées par les protagonistes. Se servir de ces intermédiaires est un excellent moyen de permettre aux plus jeunes, ou aux personnes qui ont du mal à mettre des mots sur leurs émotions ou à partager, de s’imaginer des modèles, de les imiter pour trouver leur propre cheminement de reconstruction. Et aussi de se sentir moins seuls au monde. Quelques phrases que l’on a toutes et tous dites, mais qui ont rarement l’effet souhaité telles que «mais nous on t’aime!», «tu trouveras un autre amoureux!», «ce n’est pas grave, ça passera» sont à éviter.

Enfin, restez attentifs à sa scolarité. Moins concentrée en classe, il est important que vous l’accompagniez dans ses devoirs, discutiez de ce qu’elle fait à l’école, afin qu’elle comprenne que les apprentissages sont aussi importants pour elle. Demandez peut-être à l’enseignante d’être attentive aux aspects relationnels qui se passent en classe. Si elle a saisi que son élève avait changé, peut-être n’a-t-elle pas observé les enjeux qui se jouent entre camarades. En le sachant, elle y sera certainement attentive. Je souhaite à votre fille de sortir grandie de ce douloureux passage.

Vos données