X

Recherches fréquentes

Des paroles aux actes

Corbeilles de Pâques en rotin du Laos

Double projet Acheter une corbeille de Pâques Oecoplan permet de soutenir la protection de la forêt tropicale laotienne et les agriculteurs de la région du Mékong.

PHOTO
Thippakone Thammavongsa/WWF Laos, Heiner H. Schmitt
09 avril 2017

Équipé dune machette et arborant un maillot du Bayern Munich, un agriculteur de la province de Bolikhamxay récolte des tiges de rotin.


Article

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Pas de rotin sans forêt

Dans la province de Bolikham­xay, la majorité des habitants vit de l'agriculture, notamment des petites rizières, voire, dans une moindre mesure, de l'élevage du bétail. Mais la saison des moussons les condamne à l'inaction. Cela a changé avec le projet Rotin. Désormais, ils récoltent cette plante durant l'année et transforment les tiges en corbeilles à la saison des pluies. Celles-ci sont ensuite autorisées à l'exportation.
Il existe près de 600 espèces de palmiers à rotin, mais seules deux d'entre elles sont exploitées pour les corbeilles de Pâques Oecoplan: Calamus solitarius et Calamus gracilis. Les tiges sont poreuses, ce qui les rend élastiques. Après la récolte, elles sont écorcées, blanchies dans l'eau bouillante pour tuer les parasites et accroître leur élasticité, puis séchées. Une fois ces étapes effectuées, le tressage peut commencer.
La particularité du rotin tient au fait qu'il ne pousse pas dans des plantations, car il a besoin d'arbres auxquels grimper. S'il est déraciné lors de la récolte, il ne repousse pas. Au Laos, il est donc simplement coupé. La quantité récoltée est également fixée: chaque village doit respecter un plan de gestion qui répartit la forêt en différentes zones. Cette régulation permet de garantir la reconstitution des stocks, et ainsi de conserver la certification FSC de la forêt.
Les contrôles obligatoires servent à s'assurer que les villages suivent les plans établis. Cette activité complémentaire a permis aux petits agriculteurs laotiens d'augmenter leurs revenus de 30% en moyenne. Ils sont ainsi devenus les gardes forestiers de leurs forêts. En les protégeant, ils garantissent leur propre existence et celle de leurs villages. En effet, 17% des gains de l'activité liée au rotin sont investis dans un fonds commun pour la formation et la santé. De quoi rendre le label «Made in Laos» encore plus intéressant.

Un revenu 34 fois plus élevé grâce au rotin

Un exemple extrême où le revenu mensuel d'un ménage correspond à l'équivalent de 2 fr. 50 sans rotin et 85 fr. 50 avec. Source WWF

Acte N° 338

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/338 Toutes les paroles aux actes