X

Recherches fréquentes

Des paroles aux actes

École pour tous: plus d'égalité et de justice

Éducation Depuis 2006, la fondation suisse bioRe construit des écoles en Inde. Les premiers élèves y ont terminé leur scolarité obligatoire. Un projet soutenu par Coop.

TEXTE
PHOTO
Faeroj Sheik
11 décembre 2017

Article

En Inde, environ 70% de la population seulement sont alphabétisés. Si une estimation exacte n’existe pas en raison du manque de données, on sait que ce taux est plus faible dans les zones rurales que dans les villes. De plus, l’illettrisme frappe davantage les femmes que les hommes. Les mamans de Basanti et Payanka sont toutes deux illettrées, tandis que leurs pères ont pu chacun suivre l’équivalent d’une école primaire, ou même secondaire. Ces deux jeunes filles représentent donc le futur de l’Inde et de leur région, plus égalitaire, et plus formée.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

 

Imaginer la Suisse

Comment se représentent-­elles la vie d’une fille de leur âge en Suisse? «Aucune idée. Je pense qu’elle joue comme nous.» S’il n’y a pas de télé­vision ni d’ordinateur chez elles, les adolescentes aiment jouer au kabaddi ou au kho-kho, deux sports d’équipes populaires en Inde et en Asie du Sud. À l’école, la science et les maths sont leurs branches préférées.

Pour la fondation bioRe qui, en plus de projets sociaux, développe la culture du coton bio et sans OGM notamment pour le label Naturaline, la lutte contre l’illettrisme est un grand défi. En plus de l’évidente question d’aider les personnes concernées, la scolarisation des cultivateurs de coton est également primordiale: «Il est plus difficile de faire comprendre à des paysans analphabètes les défis des OGM et du bio, et de les former à ces cultures, que s’ils savent lire et écrire», déclare Patrick Hohmann (69 ans), fondateur du projet.

Source bioRe, chiffres 2017; infographie Caroline Koella

Une école autofinancée

BioRe construit deux types d’écoles: des classes dites d’animation, pour les tout-petits, et le campus scolaire de Kasrawad. Construit en 2014 et financé à hauteur de 400  000 fr. par Coop, ce centre scolaire accueille dix classes primaires et secondaires. Quelque 600 élèves y suivent les cours actuellement, dont près d’une centaine viennent des écoles d’animation.

Outre le programme obligatoire de l’État indien (maths, hindi, anglais, etc.), les élèves peuvent suivre des cours pratiques, similaires à nos apprentissages. Ils ont la possibilité de choisir entre les métiers d’électricien, mécanicien, la couture et le design, la culture biologique ou l’informatique. Un savoir pratique qui leur sera utile dans la vie de tous les jours et qui leur permettra de trouver un travail.

Le coût de fonctionnement du campus est de 100 000 fr. par an. Les frais de scolarité et d’apprentissage financent ce montant. BioRe projette de construire deux campus supplémentaires.
 

L’un des cinq bâtiments du campus où, en plus des classes primaires et secondaires, les élèves peuvent suivre des cours pratiques, similaires à nos apprentissages.

Dix-huit écoles d’animation ont été construites dans les villages depuis 2006, dont quatre avec le soutien de Coop. «Il a été parfois difficile de convaincre les populations illettrées de la nécessité d’une école, indique Patrick Hohmann. C’est pourquoi les villageois ont la responsabilité de fournir un terrain pour sa construction. Ceci afin que ce soit leur décision, qu’ils s’impliquent et croient au projet. Sans la volonté de tous les acteurs, il est impossible de changer les choses.»

BioRe et ses donateurs financent la construction de l’école, ainsi que le coût de fonctionnement d’environ 6000 fr. par année. La scolarisation d’un enfant s’élève à 100 fr. par an. Cette année, ces écoles enfantines accueillent près de 1200 élèves. Une trentaine de professeurs y enseignent, soit des classes d’environ 40 élèves! «On dirait nos écoles de montagne», lance Patrick Hohmann. Un large sourire illumine son visage quand il entre dans la salle remplie d’enfants entourant leur enseignante.

 

Offrez une année d’école
Créée en 1997 par Coop et la société de négoce de textiles Remei, la fondation bioRe veut améliorer les conditions de vie des familles de paysans en Inde et en Tanzanie. Elle promeut la culture du coton bio et sans OGM avec des acteurs locaux, tout en développant des actions sociales (écoles, médecins, sanitaires, etc.)
N’hésitez pas à apporter vous aussi votre pierre à l’édifice. Avec 100 fr., un élève étudie durant une année… Un joli cadeau de Noël à offrir!
 

Offrez une année d'école

Acte N° 269

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/269 Toutes les paroles aux actes