X

Recherches fréquentes

Des paroles aux actes

L'alternance riz-légumineuses: du bio indien

Cultures Le riz basmati jouit d'une popularité croissante, mais il ne se récolte qu'une fois par an. Anja Wolff, de la rizerie de Brunnen, explique pourquoi Coop vend maintenant d'autres articles des producteurs de basmati.

TEXTE
PHOTO
Getty Images, Frank Eyhorn, DR; carte Rich Weber
26 décembre 2017

Des ouvrières agricoles indiennes récoltent des pois. Les producteurs de riz bio indiens cultivent aussi des légumineuses pour Coop.


Article

Un paysan indien a le même objectif que nous: gagner de l'argent. Les agriculteurs qui cultivent du riz basmati ont la cote actuellement, car leur produit est demandé partout dans le monde. Les distributeurs doivent s'assurer d'avoir encore assez de fournisseurs de riz basmati dans cinq ans.
La rizerie Reismühle Brunnen, rattachée au groupe Coop, attend sa première livraison de lentilles et de pois chiches indiens en qualité bio. Qu'ont de particulier ces produits?

Anja Wolff. Les légumineuses bio sont difficiles à trouver. Il y a une grosse demande sur le marché. Les lentilles et les pois chiches que nous attendons viennent des cultures dérobées (ndlr: que l'on plante entre deux cultures annuelles principales) de nos producteurs de riz basmati et sont certifiés «commerce équitable». Nous faisons ainsi d'une pierre deux coups: nous achetons un produit de qualité, tandis que les paysans disposent d'une source de revenu supplémentaire avec des prix justes et des primes pour des projets bénéfiques à toute la communauté.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Anja Wolff (51 ans), directrice marketing chez Reismühle Brunnen

Pourquoi les producteurs de riz cultivent-ils des légumineuses?
Après la récolte du riz, ils plantent une légumineuse pour la rotation des cultures, afin de bien préparer les sols au prochain ensemencement de riz.
Grâce à leur expérience avec l'agriculture biologique en tant que producteurs de riz bio, ils nous livrent de bons produits pour peu d'investissement. Et les agriculteurs peuvent les vendre à meilleur prix que s'ils les proposaient sur le marché local. C'est une motivation supplémentaire à replanter du riz basmati bio pour nous l'année suivante.

Ne le font-ils pas automatiquement?
Ce qu'un paysan cultive dépend du marché. C'est pourquoi nous voulons nouer
des relations durables avec les producteurs. Nous les formons à l'agriculture biologique et les aidons à accroître leur rendement. En contrepartie, ils bénéficient de notre garantie d'achat et nous vendent leur riz.

Que doivent apprendre les paysans indiens pour pouvoir répondre aux exigences bio suisses?
La culture du riz demande beaucoup de travail. Un exemple: pour assurer une bonne croissance, chaque plant de riz doit se trouver à 30 cm du suivant. Cela permet d'augmenter le rendement d'environ 25% et d'obtenir une meilleure qualité. Nous économisons également de l'eau et ménageons l'environnement.
Nous devons transmettre ce savoir à près de 4000 producteurs de riz dans un rayon d'environ 50 km dans une région difficile d'accès.

Pourquoi ne pas acheter du riz bio sur le marché mondial?
Nos projets s'accompagnent aussi d'objectifs idéaux. Nous tenons à ce que les agriculteurs puissent améliorer leur niveau de vie à long terme. Et pour que cela fonctionne, nous devons mettre nos propres projets en œuvre. De la sorte, nous luttons également contre l'opacité de l'approvisionnement. Les systèmes complexes sont quasiment incontrôlables. Nous, en revanche, nous connaissons nos agriculteurs.

Acte N° 13

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/13 Toutes les paroles aux actes