X

Recherches fréquentes

Des paroles aux actes

Solidarité : La nourriture du cœur

Convivial Imaginer un menu festif de réveillon plutôt que de jeter la nourriture. Chez Emmaüs La Chaux-de-Fonds, on sait ce que le partage peut vouloir dire.

TEXTE
PHOTO
Stefan Bohrer, Xavier Voirol
18 décembre 2017

La bonne humeur autour dune table (de g. à dr.): Sylvain, Sonja, Damien, Emmanuel de Fallois et Gerry. Au mur, une photo de labbé Pierre, le fondateur du mouvement Emmaüs.


Article

En cette fin de matinée de décembre, les Montagnes neuchâteloises se sont recouvertes d'un épais manteau blanc. Un paysage hivernal qui rappelle que Noël n'est pas loin.
Nous sommes dans les locaux de la communauté Emmaüs de La Chaux-de-Fonds, une association qui ouvre sa porte, de jour comme de nuit, à des personnes en difficulté sociale, des «cabossés» de la vie, qui y trouvent un lieu de vie et de partages, des repas chauds, une activité et un toit pour les résidents, appelés «Compagnons d'Emmaüs». Ils sont actuellement 18, mais la communauté accueille également en journée des personnes extérieures en rupture sociale. Ainsi, c'est une cinquantaine de repas qui sont servis chaque jour à des personnes dans le besoin.
Ce qui explique l'activité joyeuse qui règne en cuisine. Mitch (62 ans) et Sonja (58 ans) s'activent aux fourneaux. Le dîner qu'ils préparent est goûteux et varié. Mais ils ne sont pas encore en mesure de dévoiler le menu de Noël, car il dépendra en partie des denrées alimentaires qui leur seront livrées. En effet, c'est l'association Table Suisse qui approvisionne chaque jour gratuitement la communauté chaux-de-fonnière, ainsi que d'autres institutions sociales, avec des aliments qu'elle collecte chez des distributeurs, comme Coop par exemple. Ces marchandises arrivent à la limite de la date de vente mais sont encore parfaitement consommables.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

Les as de la débrouille

Préparer un repas de Noël festif pour plusieurs dizaines de personnes constitue un défi qui n'effraie pas Mitch et Sonja. «La cuisine, c'est ma passion, déclare Mitch. Que ce soit Noël ou un jour ordinaire, je ressens le même plaisir.» Sonja ajoute: «Ici, c'est un peu comme dans un restaurant. Les cuisiniers ne savent pas non plus combien de clients il y aura à table. Avec Mitch on se parle beaucoup et on finit toujours par trouver des idées.»

«Les repas de réveillon se déroulent dans une ambiance chaleureuse et conviviale, raconte Emmanuel de Fallois (46 ans), directeur de la communauté Emmaüs.

Table suisse et Table couvre-toi: les dons de Coop en 2016

Des amitiés nouées

Sylvain (60 ans) qui le contrediront. Ce dernier, qui a traversé de grosses difficultés, vient une fois par semaine chez Emmaüs en tant que bénévole. «J'y ai noué de nombreux contacts et amitiés. En plus, j'ai une activité: je suis le gardien qui veille à ne pas oublier les anniversaires.» Il ne manquera certainement pas le repas du réveillon de Noël: «C'est l'occasion de retrouver l'équipe d'Emmaüs et  de déguster les excellents mets de nos cuisiniers.»

Gerry a été attiré par le côté laïque de l'institution. «Elle est totalement en accord avec ce que doit être une organisation d'entraide.» Ancien éducateur, il a dû cesser son activité à la suite d'une grosse dépression. Chez Emmaüs, il a trouvé une famille et se réjouit du réveillon: «Cette soirée représente pour moi la joie de retrouver des gens que j'aime. Certains, je ne les connais même pas, mais je les aime quand même.»

Acte N° 105

Des actes pour le bien-être de tous

www.des-paroles-aux-actes.ch/105 Toutes les paroles aux actes