X

Recherches fréquentes

Famille

Mon chien est-il allergique?

Médor et Matou aussi peuvent être touchés par les pollens et en avoir des lésions cutanées. Que faire pour les soulager?

PHOTO
Illustration Frédéric Michaud
30 avril 2018

 

Conseils

Line Gentsch-Baumberger

Médecin vétérinaire à Neuchâtel

Le printemps s’installe pour le bonheur de tous, sauf peut-être pour les personnes souffrant d’allergie et chez qui les pollens sont synonymes de gros inconforts. Nos chiens et nos chats ne sont malheureusement pas épargnés par le phénomène et peuvent développer de fortes réactions aux allergènes présents dans l’environnement: pollens, acariens, moisissures, etc.

Cette maladie du système immunitaire se nomme l’atopie. Si les végétaux sont en cause, les symptômes auront plutôt une apparition saisonnière alors qu’une allergie aux poussières persistera toute l’année. Contrairement aux humains chez qui les manifestations sont principalement respiratoires (éternuements, toux), les animaux auront plutôt tendance à afficher des lésions cutanées: perte de poils, démangeaisons, rougeurs, apparition de boutons ou croûtes et otites. On les observe surtout dans les régions les plus en contact avec l’allergène comme les pattes ou le ventre. Certaines races sont plus susceptibles de développer cette maladie, en particulier les labradors, les bouledogues et les West Highland white terrier. 

Bain et antiparasitaire
Afin de soulager votre animal, évitez de le faire courir dans les hautes herbes si vous constatez que cela exacerbe les rougeurs. Donnez-lui un bain plusieurs fois par semaine avec un shampoing adapté, afin de débarrasser le pelage des pollens et d’apaiser sa peau. L’application régulière d’un antiparasitaire efficace durant toute la belle saison est vivement recommandée car toute atteinte de la peau est susceptible de provoquer une poussée de l’allergie. De plus, vous pouvez ajouter des acides gras essentiels oméga 3 dans la nourriture. Ils auront un effet calmant grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires naturelles.

Dans des cas plus sévères
Si ces premières mesures ne suffisent pas, on utilisera des médicaments permettant de diminuer l’inflammation et les démangeaisons. Des antibiotiques sont aussi parfois nécessaires dans un premier temps lorsqu’une infection bactérienne s’est installée. Si la cortisone était le seul médicament possible il y a quelques années, d’autres substances entraînant moins d’effets secondaires sont maintenant disponibles et permettent d’améliorer significativement la qualité de vie des patients atopiques. Le traitement dure généralement plusieurs semaines et est réduit progressivement afin de trouver la dose efficace la plus petite possible.


Enfin, dans des cas sévères, un vétérinaire dermatologue pourra vous proposer une désensibilisation, une thérapie qui consiste à injecter les allergènes afin d’habituer le corps à ne plus y
réagir.

  Une question animalière?