X

Recherches fréquentes

Famille

Un planeur hors pair!

Corvidés Le chocard à bec jaune est l'oiseau d'altitude par excellence.

TEXTE
PHOTO
Fotolia, DR
05 février 2018

Le chocard mesure entre 36 et 39 cm pour une envergure de 65 à 74 cm.


Article

Joueur, le chocard aime surfer sur la neige.

Les amateurs de ski l'ont tous déjà croisé. Souvent en bande, téméraire, amateur de voltige extrême, le chocard à bec jaune est un corvidé pour le moins original; un alpiniste au chant bien plus mélodieux que les complaintes graves et monocordes des corneilles et des corbeaux freux. Oui, cet amoureux de la haute montagne et de la neige est en fait un artiste et un chevronné des courants thermiques.
«Ses ailes et sa queue arrondies lui procurent une bonne manœuvrabilité dans les airs, observe Sophie Jaquier, de la Station ornithologique suisse. C'est un oiseau planeur et, à l'instar des aigles et autres rapaces, il utilise les thermiques pour prendre de l'altitude sans efforts.» À cela s'ajoute les spécifi­cités des corvidés: très intelligent, joueur, rusé et ayant une très bonne mémoire. Ils savent aussi profiter de l'homme: «Dans les stations de ski, ils mangent souvent les restes laissés par les skieurs.»

L'altitude est son domaine

La Suisse recense entre 10 000 et 20 000 couples qui nichent entre 1260 mètres et 2880 mètres d'altitude. «Les chocards sont sédentaires, ils ne migrent pas ailleurs. Par contre, ils se déplacent en altitude pour éviter le mauvais temps. En hiver, ils descendent à l'occasion jusque dans les villages à 1000 mètres d'altitude ou même moins.» Mis à part dans les Alpes, les chocards vivent, entre autres, dans l'Atlas, les Pyrénées et les autres chaînes de montagnes de l'Asie centrale – de l'Himalaya à la Chine occidentale. «En Himalaya, il niche entre 3500 et 5000 mètres et même jusqu'à 8235 mètres!» Oui, ce drôle d'alpiniste préfère décidément la liberté des cimes!

Le chant du chocard et autres infos de la Station ornithologique suisse

L'experte

Line Gentsch-Baumberger, médecin vétérinaire à Neuchâtel

L'agressivité à l'encontre de congénères a souvent pour origine un manque ou une absence de socialisation du chiot. Le chien adulte exprime son manque de confiance et sa peur en aboyant, voire en attaquant les autres chiens. Il n'a probablement jamais appris à communiquer correctement en «langage chien». Ce problème doit être pris au sérieux, car il est important pour un canidé d'avoir des contacts avec ses semblables. La castration peut parfois améliorer le comportement agressif, si ce dernier a une composante sexuelle. Il est conseillé de s'entourer d'un professionnel qui pourra vous accompagner dans le processus de désensibilisation de votre compagnon à d'autres chiens, en lui apprenant que les contacts peuvent être positifs. Et si Médor a déjà occasionné des blessures, équipez-le d'une muselière lors de vos sorties en attendant que ses réactions soient contrôlées.

  Une question animalière?