X

Recherches fréquentes

FAMILLE
ANIMAUX

Héros du web malgré eux

Les animaux de compagnie font un tabac sur les réseaux sociaux. Mais la course aux «likes» peut faire basculer les maîtres vers de la maltraitance.

PHOTO
Facebook@Boo
30 septembre 2019

Boo, un loulou de Poméranie, avait 16 mio de fans sur Facebook et 0,5 mio d'abonnés sur Instagram. Sa mort en janvier dernier avait secoué la Toile.

Souvent considérés comme membres de la famille, nos animaux de compagnie occupent aussi une large place sur Internet. Des sites leur sont entièrement dédiés, tels dogcity.com et woopets.com, livrant conseils et articles d’actualité sur le sujet. Yummypets.com est plus généraliste et accueille furets, tortues et autres iguanes qui, avec l’assistance de leur maître, peuvent se créer un profil et commencer à discuter et se faire amis avec d’autres animaux… Les utilisateurs échangent conseils, photos et vidéos, et partagent aussi les humeurs et états d’âme de leur compagnon. Des forums de discussions, où l’on fait part de ses expériences, sont souvent organisés.

Du rire attendri à la cruauté

Sur les réseaux sociaux, l’image est très importante. Photos et vidéos se veulent parfois drôles, décalées et insolites. A l’image des aventures de Martine, on retrouve Médor portant des lunettes de soleil à la plage, ou coiffé d’une casquette lors d’une promenade au parc, ou encore habillé en Père Noël…

Mais d’où vient cet engouement pour les animaux sur les réseaux sociaux? Pour Gaëlle Mandon, vétérinaire au cabinet Les Berges du Rhône, à Sion, les animaux apaisent: «Avec eux, aucun risque de controverse. Juste des sourires sur les lèvres et des commentaires joyeux. Mais la quête des likes peut aussi faire basculer vers la cruauté. Certaines vidéos, où les animaux sont filmés dans des postures douloureuses, font peine à voir.»

De plus, le message n’est pas toujours bien compris. «Les internautes raffolent par exemple des images de chiens qui paraissent honteux après avoir fait une bêtise alors que cette posture traduit juste une attitude de crainte et une tentative d’apaisement.»

On ne sait pas si le record de followers établi par Boo sera un jour battu. Ce loulou de Poméranie, dont l’annonce du décès a submergé le web en janvier dernier, comptait 16 millions de fans sur Facebook et un demi-million d’abonnés sur Instagram… De quoi en faire rêver plus d’un!

Jouer est le plus important

Plus molle qu’une vraie balle de tennis, la Swisspet et sa cordelette, disponible chez www.bricoetloisirs.ch

Journée mondiale

C’est en 1931 que l’on décida de faire du 4 octobre la Journée mondiale des animaux. Une date qui ne doit rien au hasard puisqu’elle est celle de la fête de saint François d’Assise, considéré comme le premier défenseur de la cause animale. De nos jours, des rencontres de bénédiction réunissent maîtres et protégés. Ce sera le cas dans la région lausannoise le dimanche 6 octobre, à 16 h. La Société vaudoise pour la protection des animaux met ses locaux de Chalet-à- Gobet à disposition pour la rencontre.