X

Recherches fréquentes

FAMILLE
ANIMAUX

Pas de panique avec les patous

La cohabitation entre randonneurs et chiens de protection des troupeaux ne va pas de soi. Quelques règles de base sont à respecter.

PHOTO
Valentin Flauraud
09 septembre 2019

Les patous sont des chiens de montagne des Pyrénées, spécialement élevés pour protéger les troupeaux.

Malgré leur air de grosse peluche, les patous n’hésitent pas à donner de la voix ou à montrer leurs crocs lorsqu’ils flairent le danger. Ces chiens de pro­tection des troupeaux sont uniquement dressés pour la dissuasion. Il appartient donc aux randonneurs de ne pas provoquer de mauvaises rencontres ou, le cas échéant, de savoir rebrousser chemin.

«Patous» ou «pastous» (en occitan, «pastor») dénomme au sens strict les chiens de montagne des Pyrénées – une race ancienne de chiens de berger. Ce nom est cependant utilisé pour désigner les chiens de protection des troupeaux qui sont de grande taille et de couleur claire. En Suisse, seules deux races sont reconnues: le montagne des Pyrénées et le berger de Maremme des Abruzzes. On compte à ce jour plus de 200 chiens de protection des troupeaux formés et officiellement reconnus par la centrale de vulgarisation agricole Agridea, responsable de la coordination nationale pour le Plan Loup.

Les chiens de protection grandissent avec le troupeau et le considèrent, au fil des semaines, comme l’un des leurs. Ueli Pfister est éleveur et formateur de patous dans la région du Gantrisch (BE). Son troupeau d’une centaine de moutons lui permet d’entraîner au maximum quatre chiens par année: «Aujour­d’hui, j’ai douze patous. Quatre adultes sont ‹pleinement opérationnels› et deux autres sont ‹à la retraite›, mais je ne m’en sépare pas car ils ont bien fait leur travail pendant de nombreuses années.» Côté relève, trois jeunes chiens vont passer le test d’aptitude à l’automne prochain et trois chiots sont prêts à commencer leur année de formation.

«La présence d’un chien de compagnie ne fera qu’exacerber la menace»

 

Conseils aux randonneurs

Malheureusement, comme le constate Ueli Pfister, on enregistre des cas de morsures chaque année: «Certains randonneurs réagissent mal face au chien et le menacent avec un bâton, et parfois avec un spray», explique-t-il. Mais que faire si un patou s’approche? «Il faut avant tout garder son calme, savoir s’arrêter et ne plus marcher en direction du troupeau, laisser au chien le temps de se calmer.» Et si ce dernier se remet à aboyer lors d’une deuxième tentative? «On cherche alors une voie plus éloignée, en gardant une distance d’au moins 200 mètres. Il est aussi parfois nécessaire de faire demi-tour, même si ce n’est pas marrant», indique l’éleveur. A savoir: la présence d’un chien de compagnie ne fera qu’exacerber la menace. Dans ce cas, le tenir en laisse et ne pas hésiter à faire un détour.