X

Recherches fréquentes

Famille

Ils jouent au foot 
dans leur bulle

A Lausanne, deux demi-frères amateurs de sports fun ont lancé 
une nouvelle activité originale venue de Norvège: le «bubble football». 
Ils espèrent organiser une coupe du monde de la discipline.

TEXTE
PHOTO
Darrin Vanselow
30 juin 2014
This presentation requires the Adobe Flash Player. Get Flash!

Né dans le cadre d'une émission de télévision nordique il y a trois ans, le «bubble football» s'est exporté dans plusieurs coins de la planète, dont l'Australie, le Canada, la France et désormais… la Suisse.
Le principe? Jouer au foot – en salle ou en extérieur, mais sur une surface plus petite qu'un terrain entier pour éviter l'épuisement – tout en étant enfermé de la tête aux cuisses dans une sphère transparente en plastique (la matière exacte varie se-lon le fabricant). Le concept commence à prendre des deux côtés de la Sarine, à l'exemple de Sissach (BL) et Lausanne.

L'intérêt de jouer au foot avec une bulle autour du corps? «C'est sportif et surtout marrant. On s'éclate en toute sécurité», indique l'un des responsables, Thibault Dutruch (34 ans). «Et ça peut même être tactique si on a l'habitude d'y jouer», ajoute son collègue et demi-frère Roman Saint-Ourens (28 ans).
Originaires de Bordeaux, les deux hommes ont beau-coup voyagé et découvert le bubble football entre la Thaïlande, l'Australie et la France. Installés à Lausanne depuis quelques années, ils sont convaincus que cette discipline atypique y a sa place: «On tourne vite en rond avec les loisirs fun: il y a le karting, le bowling, le paintball et le laser game. Avec ou sans nous, le bubble football viendra!»
Ils ont déjà engagé un assistant pour les accompagner dans l'arbitrage et l'animation des matches. Le jeune homme, Bahrudin Ahmetaj (18 ans), de Châtel-Saint-Denis (FR), joue au football classique. Il s'est pris au jeu de la bulle: «On se défoule un maximum.»

La joyeuse équipe rêve de voir naître une ligue de ce sport déjanté. D'ici septembre, elle espère mettre sur pied une coupe du monde de la discipline à Lausanne, grâce aux différentes nationalités qui y sont représentées: «Elle aura lieu dans un bon état d'esprit. L'amusement reste toujours primordial dans cette activité», sourit Thibault Dutruch.
A Vidy, les responsables du bubble football adapteront l'activité aux 11–14 ans pour les vacances d'été, avec des bulles de 1 m 20 de diamètre (celles des adultes mesurent 1 m 45 de diamètre). «Il n'y aurait pas de risques pour les plus jeunes enfants, mais ils s'amuseraient moins que les préados», spécifient-ils.

Séduits, des jeunes hommes viennent de terminer un match. Ils en rient encore au moment de la troisième mi-temps… Ils se sont offert cette partie (380 fr. de l'heure pour huit à dix personnes, avec arbitrage, animation et souvenirs en images) à l'occasion d'un enterrement de vie de garçon.
Des curieux arrivent dans la salle de gymnastique des Bergières ce samedi après-midi pour la présentation officielle du bubble football. Chacun est invité à tester les bulles. Les Lausannois précisent qu'on peut s'y glisser jusqu'à un poids d'environ 90 kg. Entre appréhension et assurance, les nouveaux venus se lancent et transpirent… très vite. Non seulement l'activité est physique – personne ne se prive de charger ses adversaires avec sa bulle – mais en plus la chaleur dans la bulle est soutenue. Mieux vaut éviter si l'on souffre de claustrophobie.
Effet de nouveauté ou véritable ralliement, l'avenir le dira. Mais pour l'heure, l'enthousiasme est général: «C'est hyper-fun et ça change des autres sports», estime Claire Dumon (28 ans). L'intensité de l'activité n'échappe à personne: «Il faut avoir de l'équilibre et ne pas craindre de transpirer», partage Mounir Atamna (30 ans). «C'est hyper-physique, mais on ne risque rien et on le sent. C'est difficile d'évaluer les distances», constate André Gueissaz (49 ans). «Il faut bien rester sur ses appuis», ajoute Mohamed Delgacha (30 ans).
La partie continue, mais les essoufflements se font vite sentir… Qu'importe, les rires priment sur la fatigue!

www.swissbubblefootball.com

Avis aux débutants: suivez le guide!

Expérience faite, le sport commence déjà au moment de se faufiler au cœur de la bulle (sans se tromper de sens ni perdre son t-shirt), de passer ses bras dans les sangles et d'attraper les poignées devant soi pour garder l'équilibre… ça n'a l'air de rien, mais chaque bulle en TPU (polyuréthane thermoplastique) mesure 1 m 45 de diamètre et pèse près de 10 kg… Ecoutez les conseils des spécialistes pour ne pas être fatigué avant même d'avoir démarré le match! Lorsqu'on a réussi à se mettre debout et que le jeu commence, un adversaire se rue sur vous: c'est la chute assurée et un roulé-boulé mémorable! Les organisateurs de Lausanne privilégient les matches à cinq joueurs par équipe, à disputer en trois périodes de dix minutes. Les règles sont globalement les mêmes que celles du foot en salle, avec le moins possible d'arrêts de jeu.


Du baby-foot au foot-tennis

Le football a donné lieu à une foule de jeux, en vidéo, en ligne ou de société. Il a aussi vu naître des loisirs plus ou moins sportifs, comme le baby-foot. Parmi les dérivés grandeur nature, il y a le foot en salle ou le foot-tennis. Ce dernier consiste à jouer au foot sur un terrain de tennis en se faisant des passes au-dessus du filet. Il est régi depuis 1987 par une fédération internationale. Les terrains de foot voient aussi des usages multiples de leurs pelouses. L'un des plus loufoques: le «loto à la beuze», durant lequel des spectateurs misent sur la surface du terrain sur laquelle une vache se soulagera…