X

Recherches fréquentes

Famille
Sport

«Jeux nationaux»: multiples talents

Déjà entendu parler des «jeux nationaux»? Ce sport traditionnel suisse compte huit disciplines. Il fait partie des tournois organisés lors de la Fête fédérale de gymnastique d’Aarau du 13 au 23 juin prochains. Le champion Andi Imhof nous explique tout.

PHOTO
rainer eder
04 juin 2019

Course de vitesse: le sprint sur 100 mètres couronne le plus rapide.

concours

Assistez au show

Gagnez 5×2 tickets pour le spectacle de fête «Follow our Passion» le samedi 22 juin, à la Turnfest-Arena à Aarau, en jouant ici.

Délai: lundi 10 juin, 16 h. 

La Suisse est célèbre pour son chocolat et ses montagnes majestueuses. Mais nombre de ses traditions ne sont que peu connues, comme les jeux nationaux. Les origines de ce sport suisse remontent à plus de 500 ans. Il reste encore aujour­d’hui pratiqué en Suisse centrale et dans les cantons de Berne et de Thurgovie. Seuls les athlètes les plus complets le pratiquent. Les épreuves combinées comptent en effet huit disciplines: deux sports de combat – la lutte et la lutte suisse – ainsi que six épreuves dites d’avant-lutte: l’exercice au sol, la course, le saut en longueur, le saut combiné, le lever de pierre et le lancer de pierre.

Le nombre d’épreuves auxquelles l’athlète participe dépend de son âge et de sa catégorie. Plus il est jeune et léger, moins les épreuves sont nombreuses: pentathlon pour les enfants et l’équivalent d’un décathlon pour les adultes. Ces derniers doivent en effet pratiquer les six disciplines d’avant-lutte et participer à deux combats pour chacune des deux épreuves de lutte. Les meilleurs athlètes sont ceux qui ont brillé dans toutes les disciplines; cela requiert à la fois souplesse, agilité, force et rapidité.

Saut en longueur: dans cette discipline, l'athlète saute le plus loin possible.

Athlète et père de famille

La star actuelle des jeux nationaux s’appelle Andi Imhof (34 ans). L’Uranais a été sacré champion en 2013, lors de la dernière Fête fédérale de gymnastique de Bienne, et cette année, à la Journée des jeux nationaux de Thurgovie. Andi a découvert ce sport multidisciplinaire par sa famille: son père Markus était aussi adepte des jeux nationaux.

Aujourd’hui, il est lui-même père de trois enfants: Malia (6 ans), Dina (4 ans) et Eno (1 an). Quand on lui demande s’ils pratiqueront un jour les jeux nationaux comme leur père, le sportif d’Attinghausen (UR) hausse les épaules: «On verra, ils sont encore un peu petits. De toute façon, ce sera à eux de décider si cela les intéresse ou pas.» Sur le plan professionnel, Andi est chef de projets. Depuis 2015, il est aussi entraîneur professionnel au sein de Swiss Olympic en qualité de médaillé d’or aux jeux nationaux suisses.

Lancer de pierre: après une prise d'élan, l'athlète lance la pierre le plus loin possible.

Ce sport traditionnel est profondément ancré dans le canton d’Uri. Andi Imhof s’entraîne tous les vendredis soir à Bürglen (UR) en compagnie des autres membres de son association. «Nous nous exerçons une fois par semaine aux disciplines individuelles. Pour la lutte et la lutte suisse, nous nous rendons dans un club spécialisé.» Leur objectif? La prochaine Fête fédérale de gymnastique, qui se tiendra à Aarau (lire l’encadré «Concours»). Les quelque 40 membres auront à cœur de faire leurs preuves sur le terrain.

L’association compte également de nombreux enfants. Les jeux nationaux permettent en effet aux jeunes athlètes de se dépenser de diverses façons. La pratique de plusieurs activités sportives renforce non seulement leur condition physique actuelle, mais elle aura aussi des effets favorables sur leur motricité globale et fine à l’âge adulte.

Andi Imhof commence son entraînement par le lever de pierre. «Le lever et le lancer de pierre font partie de mes disciplines préférées», nous confie-t-il. Pour la première épreuve, l’Uranais soulève une pierre de 22,5 kg avec la main gauche. Pour la seconde, il se saisit d’une pierre de 15 kg, la lance et la fait atterrir sur le bout de la piste. Les enfants se contentent de pierres bien plus légères. Mais si la force est indispensable pour soulever les pierres, elle n’est pas un avantage dans toutes les disciplines: «Pour l’exercice au sol, les athlètes les plus musclés manquent bien souvent d’élégance et seule une poignée d’entre eux est capable de faire un saut périlleux.» Andi Imhof opte plutôt pour une planche, un appui tendu renversé suivi d’une roulade et des exercices de force.

Saut combiné: l'athlète doit sauter le plus loin possible, tout en franchissant également une barre placée en hauteur.

Sport encore largement masculin

Les jeux nationaux sont largement dominés par les hommes. Il n’existe pas (encore) de catégorie féminine. «Il y a quelques filles dans les catégories jeunes et elles concourent avec les garçons, mais il n’y a pas de femmes chez les adultes», déclare Kurt Zemp (44 ans), président de l’Association fédérale des jeux nationaux. Pourtant, les épreuves combinées sont en principe aussi adaptées à des athlètes féminines. «Toute personne capable de pratiquer un sport peut trouver son bonheur dans les jeux nationaux», estime le spécialiste.

En plus de leur caractère ancestral, Andi Imhof apprécie l’aspect multi­disciplinaire des épreuves combinées. «Elles font travailler le corps de différentes façons.» S’il aime l’entraînement, il affectionne en outre les liens qui se tissent entre les athlètes: «Nous développons un esprit de combat assez important, mais il règne parmi nous une forte cohésion et une ambiance familiale malgré la compétition.» Chaque tournoi est ainsi l’occasion de joyeuses retrouvailles entre amis. 

Lever de pierre: l'athlète soulève une pierre d'une main autant de fois que possible, en partant à hauteur de genoux.

 

 


Fête fédérale de gym

De retour à Aarau

Les athlètes de toute la Suisse s’affronteront du 13 au 23 juin prochains lors de la Fête fédérale de gymnastique (FFG) à Aarau, là où tout a commencé. C’est en effet dans la ville du bord de l’Aar que s’est déroulée, en 1832, la première FFG, à l’occasion de la création de la Fédération suisse de gymnastique. Elle avait alors rassemblé 60 participants. Aujourd’hui, ils sont près de 70000!

La Fédération de gymnastique organise tous les six ans «la Fédérale», qui rassemble pas moins de 4000 clubs, soit le plus grand événement sportif suisse. Coop est sponsor principal de la manifestation.

www.aarau2019.ch