X

Recherches fréquentes

Chronique

Diable d'un autre âge

25 novembre 2019

Ouvrant le journal de ma commune d’origine, je manque renverser mon café en voyant la photo de ma première maîtresse d’école enfantine. On célèbre l’âge canonique de celle qui accueillit des générations d’enfants dans le monde scolaire. Elle y faisait régner l’ordre à l’ancienne. En plus de petits sévices corporels, il lui arrivait de semer la terreur. N’avait-elle pas prétendu que des diablotins se cachaient la nuit derrière les arbres? Si la portée pédagogique de son mensonge m’échappe encore, il avait obligé mes parents à venir me chercher le soir chez mes copains, alors qu’avant je rentrais seul à travers prés. Terreur disais-je. Quelques années plus tard, alors que je revenais tôt et tard d’une nuit endiablée, ma route m’amena sous les fenêtres de la dame autoritaire, certainement endormie. Sans réfléchir, j’appuyai sur le klaxon de ma voiture, déchirant la nuit sur mon passage. Voulais-je lui donner raison? Puis je l’ai oubliée, lui ai pardonné. On ne sait jamais: une fois l’arme à gauche passée, l’envie pourrait lui prendre de venir hanter les forêts de mes nuits blanches.