X

Recherches fréquentes

Chronique

Guerre de couette

04 novembre 2019

Ma Douce est très sensible à l’espace qui l’environne. Une bulle, telle celle que l’on conserve dans les transports communs. Sorte d’intimité publique que les pickpockets franchissent sans retenue. Ma Douce ne supporte pas bien que je m’approche d’elle quand elle cuisine, au point qu’elle me considère comme un espion du KGB. Ouste Loulou! (A prononcer avec l’accent russe). Oui je suis souvent intrusif dans sa vie, qui est quand même la nôtre! Son caractère m’enchante, y compris quand elle ne veut pas que je l’approche de trop près, elle devient agacée comme le tremble par le vent. Je ne m’en plains pas mais c’est désagréable. Je vous ai parlé du jour. Mais la nuit c’est une guerre douce de couette commune. Pas de pugilat en vue et pourtant, les reproches du matin pleuvent, une sorte de typhon japonais. J’attire à moi, semble-t-il, toute la couette. Elle grelotte et tire sur l’objet du délit auquel je résisterais bien involontairement. Je ne veux pas mettre le monde sens dessus dessous par ce signe, mais il me semble que je réinstalle la guerre froide.