X

Recherches fréquentes

J'aspire donc je suis

11 juin 2019

J’errais comme il arrive parfois dans un rayon d’électroménager, quand une merveille du monde moderne piqua mon attention: l’aspirateur sans sac, sans fil, racé comme le carénage d’une voiture de course. Si on ne me ment pas, sa puissance surpasserait largement celle du cloporte à trompe qui me sert d’aide de ménage depuis si longtemps. Trop longtemps?

Ah je me vois déjà, moi fée du logis, esquissant un ballet entre tabourets et poubelles de tri, mon nouvel aimant à poussière entre les bras. Cet aspirateur, c’est le futur. En lui je vois un monde meilleur, l’élévation du quotidien en plaisir, l’assurance qu’il permettra de tenir mes bonnes résolutions avec une discipline exemplaire et sans souffrance.

Sans tarder je m’élance vers un scanner pour passer du rêve à la réalité. Mais ma carte bancaire est rejetée. Et me voilà comme expulsé de mon avenir, errant à nouveau sur ce chemin bordé des mélopées colorées de marchands inspirés. Aspirer à un aspirateur: ça doit être cela l’état adulte dont on m’avait parlé, il y a longtemps. Trop longtemps?