L'arbre part | Coopération
X

Recherches fréquentes

Chronique

L'arbre part

16 décembre 2019

L’été a eu raison de sa soif malgré ses douze mètres de virulence d’épicéa. Il s’est déplumé comme un oiseau en phase finale. Ma fenêtre m’offre ce triste spectacle, chaque jour plus tendu. Je ne serais pas triste de voir mon horizon s’éclaircir mais pour lui, oui.

Voir partir un ennemi est aussi un triste apanage, c’est la disparition d’un être vivant qui a lutté. Ses aiguilles en ont agacé plus d’un, et le voilà bientôt bois de feu. Et nous dans notre futur costume en sapin? Comme dans un mot croisé que j’ai solutionné, en deux lettres: condamné à mort. C’était: né. On le sait tous et on se fait des paravents de papier pour mieux l’ignorer.

Raison supplémentaire pour vivifier les éclats de rire, les excursions, les bonheurs grappillés avant et après les vendanges. Et boire leur vin. Se priver est le plus grand péché, selon ma bible pas encore parue, qui commence d’ailleurs par Amen. Amène les verres.