X

Recherches fréquentes

La nuit nuit

10 septembre 2019

Quand le sommeil m’attend, ou l’inverse, je cogite des recettes pour le repas du lendemain, pas toujours excellentes. Je songe au solde d’amis et à ma dose d’affection probable et improbable que je leur dois. Il m’arrive de faire des plans sur la comète qui m’attend, sorte de projet à l’envers. Plus le temps de la nuit épaissit mes lumières, je me mets à douter de tout. La noirceur que la pleine lune dilue un peu n’est pas si bonne conseillère. Elle peut nous nuire comme une pollution alors qu’on mangeait bio tout à l’heure. Elle s’insinue comme une espionne dans nos esprits las, un ver dans le fruit. Fruit mûr que je suis et que vous êtes aussi peut-être. Et tout à coup je vois le ver, accoudé à la fenêtre, il est luisant et sait tirer parti de cette nuit qui pourtant me torture. Il me donne sa leçon basique: la nuit ne nuit pas toujours. Il attend sa belle volante avec une frénésie toute lumineusement nocturne. Ah le coquin! Moi je ne l’attends pas, je l’entends. Ce lancinant bruit de machine à vapeur commence à me nuire. Un coup doux dans les côtes, la loco s’arrête avant la gare. Tant mieux, ce soir je n’avais pas le ticket.