X

Recherches fréquentes

La politesse ne fait pas de bruit

07 octobre 2019

Il y a quelques semaines, dans le tram.
Lui: «Monsieur, vous voulez vous asseoir?»
Moi: «Non, merci, pourquoi? J’ai l’air si vieux que ça?»
Lui: «Euh non, enfin, disons que, oui, un peu quand même, vous n’êtes plus tout jeune quoi!»
La baffe. Le genre de politesse qui ne vous inonde pas vraiment de bonheur. En même temps, impossible de lui en vouloir à ce «p’tit jeune». Au contraire, bravo, belle éducation, je dis. Le seul problème, c’est qu’il a raison! Il est poli et je n’ai plus 20 ans. Je vous raconte cette tranche de vie car nous nous penchons, cette semaine, sur la politesse. Elle est, pour le philosophe André Comte-Sponville, la première des vertus, mais aussi la plus pauvre ou la plus superficielle.
L’historien Frédéric Rouvillois pense lui qu’elle va redevenir tendance, dans un monde de plus en plus rapide et nombriliste. La politesse fait partie de nos vies (chez certains plus que chez d’autres), est vécue différemment d’une culture, d’une éducation ou d’un âge à l’autre. Elle évolue aussi, avec l’irruption dans nos quotidiens des nouveaux moyens de communication et des nouvelles situations qu’ils engendrent, comme visionner des vidéos sur son smartphone, dans le train, sans casque ou oreillettes... Que signifie être poli de nos jours? Et que penser de l’excès de politesse? Je vous invite à lire notre dossier et vous remercie par avance de vos commentaires constructifs. Dans cette agréable attente, je vous prie de croire, chers lectrices et lecteurs, à l’assurance de mes sentiments les plus sincères.