X

Recherches fréquentes

Edito

Le monde d'en haut

10 juin 2019

Je suis un urbain. La ville, c’est la vie. Son rythme, ses courants, ses habitants m’inspirent. Les multiples possibilités qu’elle permet me rendent heureux. La ville, beaucoup de gens y habitent en rêvant de campagne. Pas moi. Pour l’instant du moins, je ne m’imagine pas vivre ailleurs. La ville, même si j’y reviens toujours, j’aime aussi m’en échapper, de temps à autre. Prendre un peu de recul, et surtout de la hauteur. La nature, la solitude et les grands espaces de la montagne, j’en ai bien sûr aussi besoin, comme beaucoup de citadins. Et quand je vois les magnifiques photos de notre Zoom consacré à la vie sur l’alpage, l’envie de gagner en altitude me saisit aussitôt!

Que se passe-t-il sur un alpage durant la belle saison? Comment vit-on sur place, lorsque les bêtes quittent le «monde d’en bas» pour celui d’en haut, et y prennent leurs quartiers d’été? Nous avons suivi la poya du berger Joakim Henchoz, sur les hauteurs de Rossinière (VD), au Pays- d’Enhaut, justement. Avec sa grande «famille» de plusieurs centaines de brebis! S’il avoue ne pas toutes les reconnaître, il a aussi ses préférées... Un reportage au grand air, qui nous montre la beauté, la simplicité et la rusticité de la vie de ceux qui produisent ce que nous consommons. Car le lait de brebis, même s’il reste marginal par rapport au lait de vache, connaît une vague d’intérêt dans les produits laitiers. Et de plus en plus d’éleveurs «passent» à la brebis, pour différentes raisons, parfois étonnantes.