X

Recherches fréquentes

Edito

Quand carnaval donne le ton

18 février 2019

Voilà qu’il est à quelques jours de débouler et de joyeusement prendre ses aises, lui qui ne ménage pas son fameux boucan et ses détonnantes couleurs, et qui va investir les villes de ses cortèges, s’inviter en fêtes dans les restaurants et les cafés, s’inventer des lieux de rencontre imprévus et éphémères jusque tard dans ses nuits. C’est que le carnaval revient de loin, et qu’il n’a pas fini de nous surprendre. A chasser là le bonhomme Hiver pour le juger, le brûler et ainsi ouvrir la voie au printemps et à ses bons augures. A défiler un peu partout en chars, en cliques, en groupes, dans la caricature, l’humour, la raillerie – histoire de faire flamber festivement les pouvoirs et les événements, et de mettre un peu d’ironie dans la trêve de ses jours. Mais carnaval, aussi, dans le regard des enfances, c’est un monde de fables et de grimages, de découverte, malicieuse et intriguée, à devenir autre…

Dans cet horizon de carnaval et pour nous mettre dans son air, percussions et cuivres à volonté, nous allons rencontrer avec vous (lire le Zoom en pages 16 à 21) une guggenmusik genevoise, les Dek’Onex. Une sacrée formation d’une quarantaine de musiciens, batteurs, trompettistes, trombonistes, joueurs d’euphonium et de sousaphone, des joyeux compagnons, mais fervents (ils répètent le mercredi durant toute l’année) qui revisitent et adaptent dans leurs partitions des tubes et jusqu’aux plus récents. Dans la parodie et le pastiche où se déhanchent les rythmes et les sons, en avant la musique – et belle semaine à vous!