X

Recherches fréquentes

ÉDITO

Quand l'écran sort ses atouts

25 novembre 2019

Vous vous souvenez certainement de la bibliothèque scolaire, lorsque gamin, vous alliez emprunter un livre, avec à l’intérieur la petite pochette dans laquelle se trouvait l’échéance du prêt. La fameuse date qu’il ne fallait pas oublier, sinon bonjour le rappel, puis l’amende... Le système existe toujours, bien sûr. A la différence qu’aujourd’hui, on peut emprunter de la même manière ou presque, un jeu vidéo. La culture numérique fait désormais partie de l’offre de nombreuses bibliothèques, certaines ayant même des espaces où les gamers peuvent jouer entre eux. A la magie du livre a succédé celle du virtuel. Pendant que les parents s’attardent dans les rayons livres, les enfants sont avec «Super Mario». Les enfants? Pas seulement. L’âge moyen des joueurs européens est de 35 ans... On est loin des ados boutonneux face à leur console. Cela dit, pour les parents dont les ados justement passent leurs nuits à jouer à «Fortnite» (plus de 250 millions de joueurs dans le monde!), évoquer les jeux vidéo revient à parler d’addiction et d’isolement. Le risque existe, incontestablement. Il est à prendre au sérieux. Mais les jeux vidéo n’en sont que rarement la seule cause. Et l’on ne peut fermer les yeux sur une réalité: plus d’un tiers de la population suisse en consomme. Nous donnons donc dans ce numéro des clés pour un rapport sain avec ces jeux et mettons en avant leurs qualités. Car oui, ils profitent aussi au développement de la personnalité. Quand l’écran sort ses atouts pour faire de nous des as du virtuel... (lire le Zoom