X

Recherches fréquentes

Les gens

Stéphane Goël: on ira tous au paradis

Cinéma Dans son nouveau documentaire, le réalisateur vaudois questionne les Suisses sur leur vision de l'au-delà. Voyage intime dans le septième ciel des Helvètes.

TEXTE
PHOTO
Julien Chavaillaz, SP
11 janvier 2016

Le père de Stéphane Goël veut lui montrer "son paradis" au vallon des Morteys, près du Vanil noir. Cherchent-ils le paradis ou des chamois? Un des 30 témoins qui apparaissent dans le film "Fragments du paradis".


Article

Cʼest un sujet intime, presque tabou. »

Stéphane, à quoi ressemble le paradis?
Les Suisses que j'ai questionnés souhaitent un paradis qui ressemble à ce qu'ils connaissent, aux endroits qu'ils ont aimés, où ils ont été heureux. Souvent c'est lié à l'enfance. La montagne joue un rôle important dans cet imaginaire. Il y a d'autres références ailleurs:  le paradis des Bretons, c'est l'océan…

On ira tous au paradis?
Peu importe la réalité du paradis. Chacun la sienne. Mais c'est une question que nous avons en commun.

Et le vôtre, il est comment?
S'il y en a un, je voudrais qu'il vaille la peine d'être découvert, qu'il me soit inconnu. C'est ce qui me ressemble.

Votre plat favori pour l'éternité?
Un couscous et des bricelets. Le premier pour le dépaysement, le deuxième pour le souvenir d'enfance. Si possible les bricelets de ma mère!

C'est bête de croire au paradis?
Pas du tout. Le documentaire n'est pas dans le jugement. Lors de la première à Locarno l'été dernier, les spectateurs étaient très touchés – qu'ils soient croyants, agnostiques ou athées.

Si le film est profond, on rit aussi beaucoup. À quoi c'est dû selon vous?
On rit, mais on est aussi ému, on peut pleurer aussi. C'est dû à la sincérité des interlocuteurs. Ce sont des paroles simples mais profondes, et souvent drôles!

Êtes-vous religieux?
Je suis un athée qui doute. Ça m'a permis de dialoguer avec tout le monde, sans prendre parti, ni d'un côté ni de l'autre. Les gens étaient à l'aise.

Que dit votre documentaire de la Suisse?
Il montre notre liberté et notre diversité. Je m'attendais à plus de visions fidèles aux enseignements religieux. Certaines personnes âgées ont déjà des  spiritualités modernes, new age, qui mélangent les croyances.

Comment avez-vous sélectionné les témoignages?
Sur quelque 120 entretiens, nous en avons gardé une quarantaine. Ceux où les personnes ne font pas un discours, mais parlent librement.

Ce film lui a donné le goût du cinéma

Qu'avez-vous ressenti en questionnant les gens sur ce sujet?
Je ne m'attendais pas à entrer autant dans leur intimité. La facilité avec laquelle ils s'exprimaient m'a surpris. Je crois que beaucoup n'en avaient jamais parlé à personne. Essayez de questionner votre entourage, vous verrez!

Certains ont refusé de vous répondre?
Oui. Pour eux, c'était un sujet tabou.

Il aime la poésie de Gustave Roud

Pourquoi ne pas avoir interrogé des jeunes?
Il fallait une unité. Les gens qui témoignent viennent d'une époque où la religion était très importante et incontestable. C'est intéressant de voir comment ils se sont débrouillés avec ça.

Vous, vous en parliez facilement?
Pas plus que tant. Un jour j'ai demandé franco à mes parents ce qu'ils prévoyaient comme sépulture. Mon père m'a dit qu'il aimerait que l'on dépose ses cendres dans «son paradis».

Et où est-il son paradis?
Dans le vallon des Morteys au pied du Vanil Noir. Il y venait l'été avec ses vaches. Il y a un endroit précis où il ressent quelque chose de très fort.

Que pense-t-il du film?
Il ne l'a pas encore vu. Il le découvrira lors de l'avant-première au Capitole de Lausanne (ndlr: séance spéciale le 19 janvier avec Stéphane Goël).

Dans le fond, pourquoi vous être intéressé au paradis des Suisses?
Je me questionne sur le retour du religieux dans nos sociétés. Toutes les religions promettent le paradis, on se bat en ce nom. Je voulais aussi voir quelle représentation de l'au-delà existe dans notre pays souvent présenté comme un paradis sur terre!

Votre vœu pour 2016?
La bienveillance. C'est bête, non?

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

1965 Naissance à Carrouge (VD). Papa d'un garçon et d'une fille de 16 et 18 ans.
1985 Début dans le cinéma. Départ à New York en 1987 où il réalise des vidéos d'art, des pubs et des clips.
1992 Retour en Suisse. Réalisateur indépendant dans le collectif Climage. Travaille pour la RTS.
2016 Sortie de son 11e documentaire, «Fragments du paradis» où son père tient le premier rôle.

Dates séances spéciales

SORTIE EN SALLE EN SUISSE ROMANDE LE 20 JANVIER
ET EN SUISSE ALLEMANDE LE 14 AVRIL 2016

SÉANCES SPÉCIALES EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR:

Vendredi 15 janvier, 18h30, Yverdon, Bel-Air
Dimanche 17 janvier, 11h00, Fribourg, Rex
Dimanche 17 janvier, 17h30, Morges, Odéon
Lundi 18 janvier, 20h30, Nyon, Capitole
Mardi 19 janvier, 20h00, Lausanne, Capitole
Mercredi 20 janvier, 20h00, Genève, Scala
Jeudi 21 janvier, 18h30, Vevey, Rex 4
Vendredi 22 janvier, 12h00, Soleure, Reithalle
Vendredi 22 janvier, 20h00, Delémont, Cinémont
Samedi 23 janvier, 18h00, La Chaux-de-Fonds, Scala
Samedi 23 janvier, 20h30, Neuchâtel, Bio
Dimanche 24 janvier, 10h45, Lausanne, Galeries du cinéma
Dimanche 24 janvier, 17h30, Sion, Lux
Lundi 25 janvier, 21h00, Soleure, Konzertsaal
Mardi 26 janvier, 20h00, Oron-la-ville, Cinéma d'Oron
Vendredi 29 janvier, 18h00, Tramelan, Le Cinématographe
Dimanche 31 janvier, 20h00, Ste-Croix, Cinéma Royal
Mercredi 10 février, 20h00, Carrouge (VD), Cinéma du Jorat

Cherchent-ils le paradis ou des chamois?

Un des 30 témoins qui apparaissent dans le film "Fragments du paradis".

www.climage.ch