X

Recherches fréquentes

INTERVIEW
EMMA THOMPSON

«Vieillir est un grand privilège»

Emma Thompson interprète une présentatrice de talk-show tyrannique dans la délicieuse comédie «Late Night» (en salle le 4 septembre). Rencontre avec une drôle de dame qui s’engage à fond pour les femmes.

PHOTO
Ascot Elite
26 août 2019

Emma Thompson (60 ans) en présentatrice ravageuse dans son nouveau film «Late Night».

Elle a été élevée au rang de Dame par Elizabeth II en novembre dernier et a gagné deux Oscars (meilleure actrice pour «Retour à Howards End» en 1992 et meilleur scénario adapté pour «Raison et Sentiments» en 1995). Emma Thompson est ce que les Britanniques appellent un trésor national. Enfant de la balle, la prodigieuse actrice et scénariste londonienne sait aussi bien nous faire rire que verser des larmes. Elle est autant à l’aise chez Jane Austen et Shakespeare («Beaucoup de bruit pour rien», 1993, avec son ex-mari Kenneth Branagh) que dans les sagas «Men In Black» et «Harry Potter».

On la retrouve dès le 4 septembre dans «Late Night», une comédie piquante et tendre scénarisée et co-interprétée par Mindy Kaling. Elle y campe la tyrannique présentatrice d’un talk-show de fin de soirée dont la prestigieuse carrière vacille. Pour faire remonter l’Audimat et sauver son job, celle-ci engage une humoriste en herbe d’origine indienne dans son équipe d’auteurs exclusivement masculine et blanche. Et doit se remettre en question… Exubérante, fine et pleine d’esprit, l’actrice nous parle de ses débuts dans le stand-up, de son engagement féministe, de la distinction qu’elle a reçue de la reine d’Angleterre et du plaisir d’avoir 60 ans.

Ce rôle vous a-t-il rappelé vos débuts dans le stand-up?

Oui, complètement! C’est ça que j’ai trouvé merveilleux. Mindy et moi avons une façon d’écrire bizarrement semblable. Manifestement, elle a plus d’expérience et est plus douée que moi dans ce domaine mais j’ai commencé ma carrière en écrivant des sketches quand j’avais 20 ans. Pour cette raison, on m’a offert ensuite un job de scénariste. Mais… j’ai oublié votre question!

Avez-vous eu l’impression de replonger dans votre passé?

J’ai donc fait un peu de stand-up quand j’étais jeune, une expérience que nous avons utilisée dans le film. Les gens pensent qu’on a eu recours à des images de synthèse pour la scène où je raconte des blagues, mais non, c’est bien moi! C’est moi en humoriste qui parle de maladies vénériennes, ce que je faisais à l’époque! J’ai pas mal improvisé avec les spectateurs et ressorti mes vieux gags dans cette scène et j’ai adoré. Le stand-up a été la chose la plus terrifiante que j’ai faite de ma vie. Quand ça marche, c’est génial parce que le rapport avec le public – lorsqu’on s’adresse à lui muni d’un simple micro – est magnifique. Mais quand c’est mauvais, il n’y a rien de pire.

Votre personnage, Katherine, dit qu’elle a dû se battre beaucoup plus qu’un homme pour réussir. Les femmes sont-elles toujours désavantagées professionnellement?

Bien sûr que oui! Une femme doit être meilleure qu’un homme pour réussir. Ecoutez, le progrès humain est, au mieux, lent et irrégulier donc il nous reste un long chemin à parcourir.

Et la solidarité féminine au travail, n’est-elle pas plus accentuée maintenant?

Elle augmente mais il faut comprendre que les opportunités pour les femmes sont très différentes de celles des hommes. Les hommes avancent sur une autoroute où beaucoup d’hommes avant eux ont conduit moult voitures. Les femmes marchent sur un sentier de montagne bordé de ravins et doivent traverser des rivières. Il n’y a pas de panneaux de signalisation. Donc, forcément, c’est plus difficile.

Mais cette solidarité existe tout de même, non?

Comme je suis une militante féministe depuis l’âge de 19 ans, je ne dis pas que je ne crois pas en la solidarité entre femmes ou qu’elle n’a pas son importance. Mais elle n’élargit pas l’autoroute. Ça prend du temps et nous ne sommes pas encore arrivées au but. Regardez ce qui se passe en Alabama (où l’avortement est désormais interdit) ou la situation des femmes dans la majorité du monde. C’est épouvantable.

Comment changer la situation?

En continuant à faire ce que l’on fait. En continuant à en parler, en changeant les lois et en racontant des histoires comme celle-ci. Mindy contribue à changer les choses en imaginant cette histoire. Et maintenant je suis certaine qu’il y aura un jour une présentatrice de talk-show de fin de soirée, parce que cela a été imaginé (aucune femme n’a encore occupé ce poste à la télévision américaine).

Katherine affirme qu’elle préfèrerait être élevée au rang de Sir plutôt qu’à celui de Dame. Et vous, Dame Emma Thompson, que dites-vous?

C’était très bizarre, cette réplique. J’ai reçu la lettre me décernant le titre de Dame alors que nous étions en train de tourner le film. Suis-je du même avis que Katherine? Hum… Non, pas vraiment. C’était très agréable de recevoir ce titre. Il ne change rien, néanmoins. (Elle réfléchit) Peut-être qu’il pourrait être utile à la frontière d’un pays, avec mon passe-port. Je me demande à quoi d’autre il pourrait me servir? (Elle rit) Mais Katherine a raison quand elle dit que le titre de Sir est plutôt merveilleux. Dame possède un feeling différent, même s’il s’agit d’un mot anglais très ancien. Cela dit, la cérémonie en présence de ma famille était très touchante. (Elle est mariée au comédien anglais Greg Wise avec qui elle a une fille de 19 ans. Le couple a aussi adopté un adolescent réfugié rwandais aujourd’hui âgé de 32 ans).

Vous êtes partout cette année, au cinéma avec trois films et à la télévision avec l’excellente série «Years and Years». Vous sentez-­vous revitalisée en ce moment?

Non, je suis complètement épuisée! Et je prends des médicaments! Je suis si fatiguée, je me réjouis de faire une pause.

Vous vous étiez faite plutôt discrète ces derniers temps…

Ah d’accord, vous me dites «où étiez-vous?» et «maintenant vous êtes partout». Je ne peux rien faire comme il faut! Vous savez quoi, j’attendais juste que des propositions me parlent. Ce qui était excitant avec ce film, c’est que Mindy a mis longtemps à l’écrire. Puis nous avons dû repousser le tournage deux fois à cause d’une maladie dans ma famille. Et aussi parce que Mindy est tombée enceinte. Finalement, on a trouvé l’argent pour le faire, même si ce n’était pas autant qu’on le souhaitait. On l’a tourné en 25 jours l’an dernier. Il a ensuite été acheté au festival de Sundance pour une somme folle par Amazon. C’est ahurissant d’être ici à vous en parler parce qu’il a été réalisé contre toute attente. C’est un enchaînement d’événements extraordinaires unique dans ma vie. Et je suis vieille!

Vous n’êtes pas si vieille…

Je trouve que c’est important de dire que je suis vieille. Parce que j’aime ça et parce que les gens ont peur de vieillir et sont dans le déni à cet égard. Tout le monde se plaint de vivre dans un monde qui fait preuve d’âgisme. Pourquoi alors dire «vous n’êtes pas vieille»? Comme si je devais être jeune ou penser «bon, j’ai l’air plus jeune que mon âge». J’ai l’air plus jeune que mon âge parce que j’ai mené une existence très privilégiée. Je suis toujours vivante, c’est incroyable, mais j’ai 60 ans.

Ce n’est pas jeune. Et je ne veux pas que cela le soit. Je travaille depuis 40 ans, j’ai un sérieux et une sagesse que je n’aurais pas eus jeune. Et je ne peux pas avoir les deux. Encourageons donc les jeunes à comprendre que vieillir, si on en a la chance, est un grand privilège. Et qu’ils auront de plus en plus à offrir avec l’âge et non pas de moins en moins. On nous a lavé le cerveau pour nous faire croire le contraire. (L’attaché de presse signale la fin de l’entretien). Oh dis donc, je me suis un peu emballée là! (Rires). 


Emma Thompson en vidéos

Bande-annonce de la série « Years and Years » sur Canal + 


Bande-annonce de « My Lady » (2018)


« Dans l’Ombre de Mary – La Promesse de Walt Disney » (2014) Featurette