X

Recherches fréquentes

Interview

«Le matin, je chante parfois avant de parler»

Emilie Zoé a été couronnée meilleure artiste romande au Swiss Music Awards 2019. Elle s’apprête à déferler sur de nombreux festivals avec ses riffs rock et sa voix envoûtante. Coup de projecteur sur une artiste atypique et jamais à court d’idées.

TEXTE
PHOTO
David Marchon
26 mai 2019

Emilie Zoé (27 ans): «Je suis quelqu'un de très visuel. Pour moi, la musique, il y a des couleurs dedans.»

C’est un peu un ovni dans le paysage musical de notre contrée que nous rencontrons au centre culturel de l’ABC à La Chaux-de-Fonds. Riffs rock, voix aérienne, Emilie Zoé évolue sur scène accompagnée de son batteur. C’est donc avec une musique épurée, «où il n’y a presque pas d’éléments et il ne manque, à mon humble impression (sic), presque rien», que la Vaudoise a été couronnée meilleure artiste romande lors des Swiss Music Awards. Elle se décrit comme une artisane passionnée, une autodidacte, et pourtant la jeune femme de 27 ans étudiait auparavant l’électronique à l’EPFL. Ce récent prix la propulse cet été sur les scènes des plus grands festivals du pays. Depuis le début de l’année, elle a déjà donné plus d’une trentaine de concerts, en Suisse, bien sûr, en Belgique, en Angleterre et surtout en France.

Votre réaction suite à votre sacre de «meilleure artiste romande»?

Je ne m’y attendais pas du tout. Etre parmi les trois artistes nominés était déjà très surprenant. Quand nous avons gagné, j’étais en tournée en France et j’ai cru qu’on nous faisait une blague! On a enregistré nos albums avec notre intuition, de manière familiale. Le fait que les gens réagissent à ça et votent pour ce genre de projet est très réjouissant!

«Toujours apprendre, et avec tout ce savoir, agir au mieux!»

 

Quand avez-vous décidé de vous consacrer uniquement à la musique?

Ecrire des chansons est quelque chose dont j’avais envie depuis longtemps. Depuis mes 8 ans à peu près. Mais, ce n’était pas envisageable comme carrière ou plan de vie, j’ai donc orienté mes études dans une tout autre direction. A 18 ans, j’étais à l’EPFL et l’ambiance me déprimait. C’est à ce moment-là que j’ai rencontré des gens qui faisaient de la musique dans la vie. Je me suis rappelé de ce que je voulais faire quand j’étais petite et je me suis lancée, j’avais 19 ans…

Vivez-vous de la musique aujourd’hui?

Non, pas encore. Ça fait environ dix ans que je suis technicienne de son dans les théâtres et les festivals. Quand j’ai arrêté mes études, j’ai assez vite été repérée par la boîte de management lausannoise Two Gentlemen, qui s’occupe des Young Gods, de Sophie Hunger et manageait à ce moment-là la chanteuse bâloise Anna Aaron. Ils m’ont proposé de l’accompagner en tournée. J’ai donc eu la chance de jouer avec elle dans toute l’Europe et au Canada de 2011 à 2015!

Et maintenant, vous avez votre fief dans le canton de Neuchâtel…

Oui, cela fait cinq ans que je gravite autour de La Chaux-de-Fonds et de Neuchâtel. Je vis en colocation avec mon meilleur ami, Nicolas Pittet, qui joue de la batterie avec moi depuis le début. Et nous avons enregistré notre dernier album avec les Chaux-de-Fonniers de Hummus Records!

Joyeuse, enjouée, curieuse, c'est ainsi qu'Emilie Zoé nous a accueillis au centre culturel de l'ABC, à La Chaux-de-Fonds.

Vous adaptez votre répertoire de diverses manières: théâtre, série télévisée, ciné-concert ou lecture intimiste. Parlez-nous-en!

Oui, en avril, j’ai mis en musique la pièce de théâtre Andromaque, de Racine, à La Chaux-de-Fonds et, l’année passée, la pièce Bleu Nuit Hôtel à Fribourg. Côté série télévisée, la RTS a repris en 2017 ma musique pour Anomalia. Enfin, j’ai composé toute une nouvelle musique pour le film suédois Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l’existence, dans le cadre du festival «2300 Plan 9» à La Chaux-de-Fonds.

Comment trouvez-vous à votre voix de nouvelles intonations?

Au fil des enregistrements et des concerts. Je chante, par exemple, le matin avant d’avoir parlé et il y a un grain qui me plaît que j’essaie ensuite de retrouver au courant de la journée. Le prochain disque, j’aurai clairement encore d’autres petits outils de voix et de guitare… C’est en constante évolution!

Vous êtes une expérimentatrice!

Ben, pff… Disons que n’ayant pas reçu de cadre ou de théorie musicale à la base, je fais instinctivement ce qui me semble intéressant ou riche!

Combien de concerts donnerez- vous cette année? J’en ai compté 80 en 2017 et 70 en 2018…

Avec les représentations théâtrales, je vais frôler les 90 concerts en 2019.

A côté de la cuisine de la musique, celle des fourneaux vous inspire- t-elle aussi?

J’aime beaucoup inviter les gens chez moi et leur faire à manger. Je peux même passer la journée aux fourneaux. Je prépare généralement deux entrées, un plat principal, puis deux desserts.

Et quelles spécialités leur cuisinez-vous?

Ça fait bientôt dix ans que je suis végétarienne, à tendance végane. J’ai une belle recette avec plein d’épices, de pruneaux et de citrons confits faits maison, que je fais mijoter pendant deux heures. Dans les desserts, j’adore faire les tartes Tatin. J’aime beaucoup le moment où on fabrique du caramel. Mon truc, en fait, c’est la chimie dans la cuisine. C’est peut-être mon côté scientifique!

Vos traits de caractère?

Curieuse, forcément. Assez sociable. Appliquée et consciencieuse!

Et votre philosophie?

Je pourrais en parler des heures… Une des choses que je préfère est de réfléchir à l’univers, lire les écrits des astrophysiciens et voir comment ils essaient de remonter dans le temps, comprendre comment ça se fait qu’on soit là. Je trouve fou qu’une espèce vivante sur une planète au milieu de tout cet univers puisse penser à ça et y réfléchir. Qu’elle soit en mesure d’avoir conscience de la place qu’elle a, quand on est si petit dans un truc aussi grand!

Et plus à votre échelle?

Ne jamais avoir envie d’arrêter d’apprendre. Et, avec tout ce savoir, agir au mieux!

En concert: 1er juin, Bad Bonn Kilbi, Guin; 9 juin, Palp Festival, Sierre; 14 juin, Festi’neuch. Autres dates à consulter sur:otos David Marchon

www.emiliezoe.com


En tribu et en famille

Découvrez le clip «Tiger Song» où Emilie Zoé chante avec plus d’une vingtaine de percussionnistes et choristes.