X

Recherches fréquentes

Mon rêve de gosse

Joseph Gorgoni

Son souhait d’enfant? Chanter. Pourtant c’est sous les traits de Marie-Thérèse Porchet que l’artiste excelle sur scène.​

PHOTO
Marius Affolter, DR​
12 mars 2018

«J’ai eu très tôt la vocation de journaliste de télévision.»​

Il manie l’humour avec délectation et le public en redemande chaque fois qu’il monte sur scène. Il faut dire que Joseph Gorgoni − alias Marie-Thérèse Porchet −, ce n’est pas n’importe quel humoriste: «MTP», c’est presque un membre de la famille. Mais alors comment devient-on l’un des humoristes les plus connus et appréciés du public?     

La scène envers et contre tout​

mais pour chanter, pas pour devenir humoriste. Aussi jeune que je me souvienne, je voulais que les gens me regardent. A la maison, lorsqu’on avait le droit de regarder la télé, j’étais rivé sur les émissions de variétés. J’admirais les prestations des chanteuses et des chanteurs, et je m’imaginais à leur place. Dans ma tête c’était évident: un jour, je serais sous les projecteurs pour chanter. Des invités à la maison? Je filais me déguiser pour effectuer une prestation et un petit spectacle! Je suis pourtant issu d’un milieu extrêmement éloigné de cet univers artistique. Mes parents n’avaient pas du tout cette vision, et il était assez inconcevable pour eux que je fasse et vive du spectacle. En fait, c’était même inenvisageable. Ce n’était pas un vrai métier à leurs yeux. J’ai donc suivi un apprentissage de papetier à 15 ans. Mais je n’ai jamais dérogé à cette envie profonde d’être artiste à part entière. Lorsqu’on est adolescent, la question de la profession vers laquelle on souhaite se tourner paraît souvent abstraite. Ce n’était pas mon cas: je n’étais pas un ado facile mais je me suis rapidement payé des cours de danse. Je suis devenu professionnel en quatre ans. Mon parcours dépasse tous mes rêves d’enfant!»