X

Recherches fréquentes

Mon rêve de gosse

André Borschberg

André Borschberg Un accident de ski peut changer un destin, comme nous le raconte le Zurichois, copilote de Solar Impulse.

PHOTO
Arnaud MEYER | Leextra, DR
08 juillet 2019

Avec Bertrand Piccard, André Borschberg (66 ans) a réalisé le premier tour du monde en avion solaire, en 2016. Un exploit auquel il n’aurait sans doute pas pris part s’il ne s’était pas cassé une jambe à 12 ans. A cause de complications, il a été en partie immobilisé pendant trois ans. C’est au cours de cette période que sa vocation est née: «J’étais souvent à la maison, à l’hôpital et en rééducation, j’avais donc le temps de m’intéresser à ce qui me faisait rêver: l’aviation. Je construisais des petites maquettes et je lisais des livres sur les pionniers de ce domaine. Ces hommes se lançaient dans le développement d’appareils sans que personne ne leur explique comment faire. Ce n’est pas uniquement le fait de voler qui me fascinait, mais aussi cette capacité à oser. En 1964, après avoir vu un film au pavillon de l’aviation militaire à l’Exposition nationale suisse à Lausanne, j’ai décidé que je m’assiérais un jour dans le cockpit d’un avion militaire.»

Du rêve à la réalité

«Vers 16 ans, je me suis inscrit à l’Instruction aéronautique préparatoire. J’ai été sélectionné comme aspirant pilote militaire, puis j’ai obtenu le brevet. Avec Solar Impulse, je suis entré dans un projet de pionniers proche des récits que je lisais étant petit. C’était comme rouvrir une porte sur le monde merveilleux de l’enfance. Il y a des choses que l’on influence soi-même, d’autres que l’on reçoit. Des événements et des personnes nous changent, nous stimulent, ce qui m’est arrivé plusieurs fois et j’en suis très reconnaissant.»