X

Recherches fréquentes

Mon rêve de gosse

Charlotte Gabris

La Suissesse fait une belle carrière dans le cinéma français. Elle s’est battue comme une lionne pour cela.

PHOTO
Cynthia Frebour | DR
23 septembre 2019

Vedette notamment de «Babysitting», la Lausannoise de 32 ans a voulu devenir actrice dès l’école enfantine, après y avoir suivi un cours de théâtre. «J’ai adoré et c’est devenu mon but. On me disait que ce n’était pas un métier, mais je pensais que ça pouvait le devenir puisque d’autres y étaient arrivés. Le rêve est devenu une obsession, et je ne voyais pas ce que je pouvais faire d’autre. Au gymnase, mon prof de français, l’écrivain Jacques-Etienne Bovard, m’a donné goût à la littérature et m’a encouragée à continuer les cours de théâtre que je suivais chaque soir.»

Ne pas renoncer

Malgré sa motivation et ce soutien, Charlotte Gabris a essuyé des déceptions: après la maturité, elle a voulu intégrer une école de théâtre, mais a raté tous les concours. Ces échecs lui «ont donné encore plus de rage». Elle est allée quelques mois dans une école aux Etats-Unis, puis à Paris dans le but d’y travailler rapidement. Au lieu d’attendre que l’on vienne la chercher, elle a écrit des textes. Bingo! «Le one- woman-show m’a permis de faire de la radio chez Michel Drucker et Laurent Ruquier. Si j’avais été dans une école, ce ne serait pas arrivé.» La Suissesse souhaite que son parcours serve aux apprentis acteurs: «Il n’y a pas qu’une voie et il ne faut pas se décourager. C’est un test d’endurance, un marathon, c’est long. Et il ne faut pas considérer ce milieu comme un monde fabuleux, mais comme la réalité. Quand je tourne avec mes idoles, je suis folle de joie, puis je me dis que c’est normal et que je le mérite.»