X

Recherches fréquentes

Mon rêve de gosse

Frédéric Recrosio

L’humoriste valaisan raconte avec drôlerie les lubies d’avenir qu’il avait dans ses jeunes années.

PHOTO
recrosio.ch
17 juin 2019

«J’ai eu plein de rêves d’enfant, sans doute parce que j’ai été enfant jusqu’à l’année dernière. Un des premiers, c’était pilote d’hélicoptère, à cause d’un livre de la Bibliothèque Verte où un grand type avec un gilet à poches sauvait des gens perdus dans le désert. Il ne parlait pas, il tendait des gourdes, il était nécessaire. Il me fallait au moins ça si je voulais parvenir à épouser une fille appelée Romaine Michaud, aux yeux comme des petits cailloux. 

Vers sa voie

Plus tard, j’ai voulu être brancardier de champs de bataille, à cause d’Hemingway, qui avait envahi ma vie. J’avais pas de poils, à la place, fallait du courage. C’était d’autant plus dur que Romaine s’en était allée vivre sa puberté avec un certain Ludovic Cereghetti qui avait une barbichette. Adolescent, je me suis évidemment concentré sur ma pomme, en abandonnant les perdus du désert et autres blessés de guerre à leur agonie. J’ai voulu devenir Jim Morrison. L’idée, c’était d’être au-dessus du niveau de la mer du cool, avec une mèche devant l’œil. Je faisais Jim sans les drogues, parce qu’en Valais, pour voir tout tourner, on avait d’autres idées. Je faisais surtout le plumitif – je composais des poésies nulles et je voulais être un autre –, mais c’est quand même comme ça que tout a commencé, à savoir: écrire. Après, j’ai peu à peu fait plus que ça. Et eu moins de rêves. Peut-être parce que j’étais déjà un peu dans le mien. Faut admettre que la vie que j’ai, avec ce faux travail, c’est un peu un scandale tellement elle est bien.»