X

Recherches fréquentes

Mon rêve de gosse

Marc Aymon

Le chanteur valaisan a très tôt été attiré par l’art et la musique, des passions qu’il n’a jamais abandonnées. 

PHOTO
Sedrik Nemeth
16 décembre 2019

Il y a quelques mois, Marc Aymon (37 ans) lançait «Glaneurs», un appel aux Romands pour lui fournir les trésors musicaux et poétiques cachés de leurs aïeux. Matériel qu’il dévoilera du 5 au 20 décembre dans des  retransmissions vidéo en direct au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne et aux Archives de l’Etat du Valais. En attendant de faire revivre le passé de ses compatriotes, Marc Aymon plonge pour nous dans le sien. «Petit, j’étais passionné par la musique et la peinture, mais ce qui m’intéressait surtout, c’était le parcours des artistes, notamment le fait que l’art transforme leur maladresse en une identité et une force. Comme pour Christian Boltanski, l’un des plus grands artistes contemporains, dont je suis fan. Ses parents, désespérés par lui, l’avaient envoyé balayer une galerie d’art; c’est là qu’il a commencé à créer des œuvres.»

Révélation par hasard

«Ma carrière a commencé quand j’ai chanté à une fête de fin d’année, à 12 ans. Ma voix est sortie plus forte et plus limpide que ce que j’avais imaginé. C’était comme une naissance et, tout à coup, j’étais devenu le chanteur de l’école. Je m’y suis produit a capella, j’ai demandé une guitare à mes parents, j’avais envie d’écrire mes propres chansons.» Et de confier: «J’espère que je continuerai toute ma vie à réaliser ce rêve, à construire une route qui sera faite de disques qui me feront découvrir qui je suis, affiner et affirmer ce que j’ai envie de dire et d’être. J’aimerais aussi créer des passerelles avec d’autres artistes, faire des projets avec eux.»