X

Recherches fréquentes

Mon rêve de gosse

Mike Horn

L’aventurier enchaîne d’incroyables expéditions. Il nous confie les raisons qui l’ont poussé à faire ce métier hors norme.

PHOTO
KEYSTONE, DR
20 mai 2019

Bien avant de devenir une sorte de super-héros, l’Helvético-Sud-Africain rêvait déjà de dépasser ses limites. Dès 8 ans, il voulait traverser l’Antarctique. «Ce continent me fascinait, je lisais les livres de Charcot, de Scott et d’Amundsen. Je me suis toujours dit que je ferais comme eux.» En 2017, la star de l’émission «Cap Horn» sur M6 a réalisé son rêve: «Cela a été l’un des moments les plus forts de ma carrière. Pour la première fois, j’avais la sensation de marcher sur un fil, que chaque décision pouvait me tuer ou me maintenir en vie. On ne doit jamais perdre la peur et avoir trop confiance. Je connais mes limites. Ce n’est pas la condition physique ou l’expérience qui te font traverser l’Antarctique, c’est décider de partir en étant conscient de ne pas pouvoir revenir en arrière et peut-être de ne pas rentrer. C’est à 20% physique et à 80% psychologique.»

Toujours rêver

En plus de sa force mentale, c’est son âme d’enfant préservée qui a permis à Mike Horn d’accomplir cet exploit, et bien d’autres: «Les adultes perdent leurs rêves ou trouvent des excuses pour ne pas les réaliser. Pour un gosse, tout est possible, car il ne connaît pas les conséquences ou les préparations. Les adultes doivent continuer à rêver comme des enfants et, parfois, quitter leur zone de confort. Je ne suis pas plus fort que les autres, j’ai peut-être une capacité pulmonaire un peu plus grande et je cours plus vite, mais, surtout, dès que je décide de faire quelque chose, je le fais.»