X

Recherches fréquentes

Ici c'est la Suisse

Le Centre Dürrenmatt de Neuchâtel explore les helvétismes, ces mots qui nous sont propres.

15 avril 2019

Friedrich Dürrenmatt, aussi auteur de ce dessin, était un défenseur des mots et expressions typiquement suisses.

Mais entrez seulement… Seulement?, demanderait un voisin français, belge ou camerounais. Comme les accents, certains mots ou expressions sont part de notre identité. L’écrivain bernois Friedrich Dürrenmatt (1921–1990) aimait utiliser des helvétismes dans ses textes. Les éditeurs ou metteurs en scène allemands lui ont parfois reproché ces entraves au Hoch­deutsch. Certains les ont même éliminés contre son gré. Le Suisse a défendu ce particularisme culturel, menant même des procès contre ses détracteurs.

Chacune de nos trois langues possède ses propres helvétismes. On les utilise souvent sans s’en rendre compte. Ce sont des emprunts à la langue de nos voisins – boire un schlouc, faire schmolitz, fœhner ses cheveux… – ou des dérivés d’un patois. L’exposition trilingue «Helvétismes» explore nos «fautes» de langage jusqu’au 21 juillet.GM

www.cdn.ch