X

Recherches fréquentes

Lifestyle

Mariages réussis, fruits garantis

Reproduction Après la floraison des arbres fruitiers, la fructification tiendra-t-elle la même hauteur? Tout dépend de la vie sexuelle des corolles. Les mariages végétaux méritent quelques explications.

TEXTE
PHOTO
Bernard Messerli
21 mai 2017

Labeille transporte le pollen dans les poils de ses pattes et de son corps.


Bernard Messerli, journaliste horticulteur 

Une observation détaillée de l'intérieur de la corolle montre de petits bâtonnets au centre (les pistils), entourés d'une collection d'épingles à tête poussiéreuse (les étamines). «Le pistil est la mère de tout végétal; on le compare à la femelle dans le règne animal. Il a sa place fixe au centre de la corolle, là il est investi de ses adorateurs, qui sont les étamines comparées aux parties mâles.» Le grand botaniste suédois, Charles Linné, qui décortique la fleur dans son Système sexuel des végétaux (1753), précise que la poussière mâle (pollen) doit atterrir sur l'extrémité du pistil pour que fécondation et fructification aient lieu.

Conditions maritales et sexuelles

La floraison peut subir les affres du froid, de la bise et de l'humidité. Le premier empêche la germination du pollen, la seconde sèche les étamines et la troisième fait gonfler les grains fécondants. Admettons que tout se passe bien et que l'agente matrimoniale abeille peut transporter la précieuse semence masculine vers les femelles consentantes et participer à la pollinisation.
L'observation botanique a révélé que chez les pommiers et autres essences fruitières (sauf kiwi et noyer), les fleurs sont bisexuées (hermaphrodites). Ce qui laisse supposer que le voyage du pollen vers les pistils est très court. Que nenni! Lorsque Monsieur pommier Golden frétille de l'étamine, Madame n'est pas prête, son pistil ne colle pas. Dans quelques jours, quand les étamines du Golden auront vidé leurs sacs, Madame pistil sera consentante et accueillera le pollen… de Monsieur Jonathan, le pommier voisin! Cette allogamie (mariage par une autre variété) oblige de posséder plusieurs espèces dans son verger.
Par cette fécondation croisée, le fruit, qui est une grossesse végétale, ne change pas. C'est le pépin, bébé, qui subit le mélange génétique, avec retour parfois à la forme sauvage. «Vous aurez beau planter des pépins de poires et de pommes des meilleures espèces, il nʼen naîtra jamais que des sauvageons», observe déjà Jean-Jacques Rousseau dans ses Lettres élémentaires sur la botanique.

Pommes ou prunes?

Dans son assortiment, le magasin Coop brico+loisirs propose des arbres fruitiers à planter qui marient diverses variétés. C'est le cas, par exemple, de ce pommier de petite taille, composé de trois à cinq variétés, pour une meilleure pollinisation sur le même tronc. Les chances pour une récolte abondante sont donc très bonnes.
Arbre «familial», 110 cm, plusieurs variétés de fruits, 49 fr. 95, disponible dans les magasins Brico+Loisirs.

Anti-concurrence
En fauchant les pissenlits en fleur du verger, on incite les abeilles à se diriger vers les floraisons arboricoles.

Pro-mariage
Pour favoriser la fécondation croisée, on peut suspendre sur l'arbre une bouteille garnie de rameaux de fruitiers en fleurs.

Pré-mariage
Lors de l'achat d'un arbre fruitier, demandez toujours au pépiniériste le nom des variétés fécondantes!