X

Recherches fréquentes

Lifestyle

Hiver tropical: de vert en vert

Fleurs Les grandes serres des jardins botaniques sont des îlots de verdure où il fait bon se réchauffer et s'émerveiller en hiver. Visite d'un havre de paix à Berne.

PHOTO
Philipp Zinniker
29 janvier 2018

Le jardin botanique bernois est une deuxième maison pour Adrian Möhl.

La neige fraîchement tombée à l'extérieur contraste vivement avec les 25 degrés et la forte humidité régnant à l'intérieur, sous un vaste plafond végétal. Le constat est indéniable: une visite de la serre des palmiers du jardin botanique de l'Université de Berne (Boga) aide à surmonter le blues hivernal. Adrian Möhl, collaborateur scientifique du Boga se rend souvent dans ces lieux, dans la galerie supérieure tout particulièrement. Non parce qu'il est d'une nature dépressive, mais parce que l'immersion dans cette forêt tropicale lui fait tout simplement du bien.

Couleurs et senteurs

Ici, même en hiver, la floraison perdure. Souvent discrètes mais omniprésentes, des touches de couleurs se dévoilent à qui veut bien observer attentivement. Même chose pour les fruits: tout en haut, sous le toit de verre, le papayer en porte toute l'année. Mais ces derniers se dérobent à la vue de ceux qui ne lèvent pas la tête ou se contentent de regarder devant eux. Contrairement à Adrian Möhl. «Tout tend vers la lumière, explique-t-il, c'est pourquoi dans une forêt tropicale, la vie se développe en grande partie dans les zones supérieures.» C'est en effet là que vivent la plupart des animaux et des plantes. Certains singes aiment s'asseoir au sommet des grands arbres.

Des feuilles à l'année

La forêt tropicale ne connaît quasiment pas de saisons. Aucune période fixe n'existe dans l'année pendant laquelle les arbres perdent leurs feuilles, bien que ce processus se produise tout de même de temps en temps: c'est une sorte de «mesure d'hygiène, selon Adrian Möhl. De cette manière, la plante se débarrasse de ses parasites.»

Diverses espèces

Ce jardin botanique compte plus de 5500 plantes. Le poivrier (Piper nigrum), par exemple, est l'une des plantes à fleurs les plus anciennes. Et également des plus intéressantes. Qu'il s'agisse d'un poivrier vert, noir, rouge ou blanc, les fruits de cette espèce sont toujours les mêmes: en réalité, leur couleur dépend uniquement de la période de récolte et de leur traitement.
Le cacaoyer (Theobroma cacao) a, pour sa part, de longues feuilles et ses fruits, souvent emportés par les visiteurs, sont spectaculaires. À l'instar des feuilles de la coca, connues pour les substances aux puissants effets psycho­tropes qu'elles renferment. On a donc pris soin de ne pas l'indiquer par une plaque signalétique.
Autre précaution prise: dans la palmeraie, les espèces du Nouveau-Monde (Amérique) et de l'Ancien-Monde (Asie-Afrique) ont été volontairement séparées dans la fougeraie par un sentier.

Des plantes surprenantes

L'intérêt des visiteurs se porte le plus souvent sur les plantes carnivores, comme les sarracénies (Nepenthes). Certaines de leurs feuilles prennent la forme d'une gorge tubulaire.Lorsque des insectes y pénètrent, ses parois, recouvertes d'une couche de cire extrêmement glissante, les empêchent de s'en extirper. D'autres – non présentes dans le jardin botanique – peuvent emprisonner souris, lézards, voire de petits singes pour les spécimens les plus grands. De cette lutte pour la quête de nourriture dans la jungle découlent des plantes particulières, telle la fougère corne d'élan (Platycerium bifurcatum). Elle présente deux types de feuilles: certaines sont en forme de corbeille, d'autres en forme de bois d'élan et sporangifères poussent en hauteur, se flétrissent et tombent dans les corbeilles. La plante se composte et se nourrit ainsi elle-même. Les exemples extraordinaires de ce type sont légion. Le jardin botanique renferme une diversité que l'on n'aurait jamais soupçonnée durant la saison froide.

Neuchâtel: le jardin botanique fête ses 20 ans Lausanne Fribourg Genève Bâle: c'est le plus vieux jardin botanique de Suisse (construit en 1589) Zurich St. Gall

Coop et Interdiscount proposent jusqu'au 18 février 2018 des cartes journalières spéciales pour les transports publics à 49 fr. Elles permettent de voyager gratuitement en 2e classe sur toutes les lignes des CFF, la plupart des chemins de fer privés, des lignes de cars postaux et de bateaux ainsi que sur les réseaux de transports publics dans de nombreuses villes suisses. La carte journalière spéciale peut être utilisée jusqu'au 11 mars 2018. Elle est valable sans limites de temps et peut être combinée avec la carte Junior et la carte Enfant accompagné. Elle permet également une réduction sur des prestations supplémentaires de la plupart des offres combinées RailAway.

Informations complètes