X

Recherches fréquentes

Lifestyle

Secrets de semences

Qu'elle dorme dans le sol ou dans un sachet, la graine se montre à la fois simple, performante et un brin magique. Pour s'assurer le succès lors des semis, voici quelques règles et astuces pointues à connaître.

TEXTE
PHOTO
Getty Images, Fotolia, DR
19 mars 2018

Après avoir semé les graines en sillon, un arrosage délicat évitera de les enterrer trop profondément.


Bernard Messerli, journaliste horticulteur 

Une graine, il ne lui faut pas grand chose. Un peu d'eau, de terre, d'air, de lumière et de chaleur, et hop! Ça démarre. La nature a tout prévu, et l'embryon de plantule dispose même déjà de sa nourriture, sous forme d'albumen. Or, chaque graine ne parviendra pas au stade de plante, et quelques gestes permettent d'augmenter le taux de succès.

La conservation des graines

Dans la nature, les plantes larguent généreusement leurs semences tous azimuts. Le jardinier, ses sachets de graines en main, n'est pas prêt à jouer cette carte.

La date inscrite sur le paquet étant effacée se pose la question de la péremption du contenu. Selon les espèces, le pouvoir germinatif court de seulement quelques mois (angélique, statice et conifères) à un quart de siècle (blé, légumineuses arbustives et nymphéas). Le mode de conservation va également influencer cette durée. Avec une température un peu en dessous de 10 °C et un niveau d'hygrométrie faible, elle augmente de manière sensible. Pour vérifier l'état d'un sachet incertain, le mieux est de tester avec une douzaine de graines étalées sur un buvard humide dans un récipient installé sur un radiateur tiède. Certaines plantes germent mieux avec des semences fraîchement récoltées (lobélia), d'autres avec des graines de l'année (poireau, sarriette), voire de deux ans (épinard, melon) ou trois ans (mâche, chicorée, chou, navet).

Rompre la dormance

Tout comme le bourgeon, la graine abrite des substances qui la maintiennent endormie, les «dormines». Celles-ci se dégradent avec le froid et, lorsque qu'il n'y en a plus, cela signifie pour la plante que le printemps est là. Ainsi, pour semer des pommes, poires et autres arbres fruitiers de nos contrées, il faut laisser les pépins ou noyaux au réfrigé­rateur à 5 °C maximum pendant deux à trois mois dans du sable humide, afin de rompre cette torpeur. Pour certaines espèces, c'est la lumière (laitue, tabac, bouleau) ou même parfois le feu (certains pins et séquoias) qui lèvent la dormance.

Varier la production

Multiplier les cultures par semis garantit des qualités de santé et de puissance racinaire à la plante. En revanche, cela ne permet pas d'assurer des caractères stables quant à la productivité et les couleurs, entre autres. En culture bio­logique et permaculture, le jardinier s'adapte à ces petites variations-innovations. A l'opposé, le bouturage et toutes les autres formes de clonage (marcotte, greffe) permettent d'obtenir une copie conforme de la plante. Après tout, la graine, c'est un peu comme un bébé, alors avec les mêmes parents, on se réjouit de la diversité des enfants!

-

Une espèce suisse rare

Graines de pavot jurassien
Avec les semences estampillées Pro Specie Rara, il est facile de faire un geste pour la biodiversité en plantant des variétés anciennes. Le pavot «Planète du Jura», par exemple, est une fleur colorée originaire des Franches-Montagnes. Elle était autrefois cultivée pour son huile!

Mais prudence avec les enfants et les animaux, car la belle est toxique.


Sachet de graines 2 fr. 95 chez Coop brico+loisirs

-

Au moment de semer

Engrais
Déconseillé pour le lit de semence. Un substrat pauvre, léger donc sableux, poreux et drainant convient le mieux.

Trempage
Conseillé pour les graines de légumineuses, 2 à 48 h dans de l'eau tiède additionnée de 1% de sel, avant le semis.

Lune
Croissante, favorable pour semer les courges, navets, pourpiers. Décroissante pour les salades, choux, poireaux.