X

Recherches fréquentes

Les conseils jardin
de Bernard Messerli

Aromatiques au balcon

Idéales à avoir sous la main, les herbes aromatiques sont faciles à cultiver sur un balcon, sur le rebord d’une fenêtre, voire même dans la cuisine suivant les espèces et leurs besoins.

22 avril 2019

Réservoir de saveurs particulières et de vitamines en pagaille, senteurs estivales, fragrances nostalgiques, médicaments naturels, les herbes apportent leur lot de petits bonheurs. Il y a les indispensables, incontournables (persil, ciboulette, basilic, aneth, thym et romarin) et les moins connues (agastache, hysope, perce-pierre et mertensia) sans oublier l’incroyable polyvalence des diverses sortes de menthe: piperita pour l’effet poivré, chocolaté pour certains cultivars, gentilis pour le goût de gingembre, rotundifolia pour l’ananas...

Terrasse et balcon

Laissons au jardin, ou pour les grands pots du balcon, celles qui montrent un généreux développement: oseille, fenouil, cerfeuil, ache des montagnes et agastaches. Ces dernières, plantes vivaces américaines, offrent une floraison sublime qui attire nombre d’abeilles et de bourdons. On utilise feuilles et fleurs, fraîches ou séchées, pour salades ou tisanes. Selon les espèces et variétés (une demi-douzaine à disposition), on profite d’arômes de fenouil, anis, menthe, réglisse... Puisque l’on parle du balcon capable d’abriter de gros bacs, rappelons le problème de la rusticité hivernale. Les plantes d’origine méditerranéenne (laurier, estragon, romarin, sauge) recevront une protection en hiver sous forme de géotextile double, de plastique à bulles, toile de jute ou nattes diverses.

Potager de cuisine

La mini-culture de cuisine résout le souci de froidure mais entraîne d’autres risques: un soleil direct, une atmosphère trop sèche ou une saturation d’eau dans les pots. Il faudra éviter de placer ses condimentaires derrière la vitre et préférer une lumière tamisée; utiliser des pots qui drainent bien (tessons dans leur fond), emplis d’un mélange filtrant (terre+terreau+sable) et posés sur un lit de gravier remplissant la soucoupe. Les incontournables citées plus haut conviennent bien. Mais, il ne faut pas se priver d’essayer aussi des originales, celles notamment qui rappellent la mer: perce-pierre et mertensia. La première – nommée aussi criste marine –, habituée des rochers bordant la Méditerranée, forme de grosses virgules anisées que l’on peut confire au sel. La mertensia – dite aussi huître végétale – permet de concocter un beurre d’huître propre à accompagner le poisson ou de réaliser de petits toasts d’apéro.

A propos d’entretien, ne laissez pas vos plantes s’étioler, s’allonger. Une petite tonte régulière à l’aide d’une paire de ciseaux les oblige à se ramifier, à rester trapues. Otez les boutons pour stopper la floraison, qui épuise la plante. En cas de cueillette pléthorique, envisagez afin de conserver ces précieuses feuilles: bain de vinaigre ou d’huile, séchage ou congélation, voire partage avec ses amis.

Planter et déguster

Aromatique méconnue

Plante condimentaire et médicinale, l’hysope était déjà connue dans l’Antiquité! Qu’elles soient fraîchement cueillies ou séchées, ses feuilles peuvent être utilisées pour relever viandes et poissons, ou en infusion. Les fleurs fraîches de l’hysope sont également délicieuses incorporées à une salade!

Sachet de graines, 1 fr. 90 Plant d’hysope, 3 fr. 95, disponible chez Coop brico+loisirs

 


Astuces de pro

Taille anti-fleurs
Taillez et prélevez les boutons pour empêcher la floraison qui fatigue la plante et freine arômes et saveurs.

Ombre & soleil
Les héliophiles hysope, thym et romarin à cultiver devant les amatrices de fraîcheur: menthe, ciboulette et persil.

Objets détournés
Bassine en zinc, vieille carafe, saladier ancien... La culture des herbes se prête au détournement de conteneurs.