X

Recherches fréquentes

Multimédia

Le microsillon renaît

De nos jours, le streaming règne sur le secteur musical. Du CD au téléchargement, les autres médias n’ont plus la cote. Seul un support progresse: le disque vinyle. Cette vieille galette a beau avoir plus de 70 ans, elle est désormais très tendance.

TEXTE
PHOTO
DR
16 septembre 2019

Pour les jeunes, le vinyle est souvent une découverte délicieusement rétro.

Le marché musical helvétique se remet lentement, mais reprend des couleurs. Depuis 2016, les ventes repartent à la hausse. Le principal vecteur de cette reprise est le streaming. Alors que les téléchargements et les ventes de CD s’effondrent, les revenus générés par le streaming prennent l’ascenseur grâce à Spotify, Deezer, etc. Seul autre support à connaître un tel engouement: le vinyle. «Nous enregistrons une croissance depuis 2007», nous indique Xenia Artho, de l’association de branche des labels de musique suisses IFPI. En 2006, au creux de la vague, leurs ventes étaient tombées à 20 000 unités annuelles en Suisse. En 2018, il s’est vendu plus de 280 000 vinyles, un chiffre inégalé depuis le début des années 1990. «C’est fascinant. Le disque vinyle a plus de 70 ans, et pourtant il est de plus en plus demandé. Aucun autre support n’a tenu aussi longtemps», indique Xenia Artho.

Cette tendance à la hausse devrait se poursuivre. Les chiffres de l’année en cours ne sont pas les seuls à l’indiquer. L’industrie de la musique et de l’électronique croit elle aussi à la renaissance du disque noir: par exemple, Sony a repris la production de vinyles il y a un an, alors qu’elle l’avait stoppée en 1989.

Part de marché limitée

Malgré ce retour en grâce, le vinyle ne constitue qu’une infime partie du marché musical. En Suisse, il a représenté à peine 2% du chiffre d’affaires en 2018, contre 21% pour le CD. «Pour nous, le vinyle reste néanmoins un support important, explique Xenia Artho. Il contraste fortement avec le streaming. Il est consommé d’une manière différente.» On écoute les disques microsillons avec beaucoup plus d’attention. Et contrairement à la norme en matière de consommation de musique numérique, un album vinyle se goûte du début à la fin, observe notre interlocutrice. On reproche au streaming d’accorder plus de valeur à un morceau quelconque matraqué sur les ondes qu’à un bon album.

Selon Xenia Artho, les long plays (LPs) présentent un autre avantage pour les musiciens: «Ils peuvent tenir leur œuvre physique entre les mains. C’est une tout autre émotion.» Le même argument est avancé par les consommateurs: «Bien que le streaming soit très pratique, il est éphémère... Avec lui le plaisir de posséder disparaît.»

Des critères optiques viennent renchérir ce constat: les couvertures d’album sont souvent des œuvres d’art qui ne sont plus mises en valeur par le streaming. La tendance rétro exercerait également une certaine influence, comme tendraient à le prouver les chiffres de la Fédération allemande de l’industrie musicale. Les principaux acheteurs de vinyles sont les baby-boomers ayant passé leur jeunesse avec, ainsi que les 20–29 ans qui les trouvent délicieusement rétros. Quel est le support offrant la meilleure qualité acoustique? Le crissement du LP est-il plaisant ou dérangeant? Là aussi, les avis divergent. Malgré tout, la mise en place du disque sur la platine est un rituel qui manque aux autres supports.


En apesanteur

La Mag-Lev Audio-ML1 est la première platine vinyle en lévitation du monde. Quand elle est mise en marche, les petits pieds qui soutiennent le plateau se rétractent. Grâce à la force magnétique, le plateau reste suspendu dans les airs et se met à tourner. En plus d’un effet visuel spectaculaire, ce procédé protège des vibrations. Un éclairage LED sobre vient compléter le look futuriste. Une fois le disque terminé, le bras de lecture en carbone Pro-Ject (9cc) se relève automatiquement. Réglages de vitesse disponibles: 33,5 et 45 tours par minute.

Acheter sur Microspot


Suggestion d’application

Un algorithme signé par les maisons de disques

Endel est une appli audio qui crée des arrière-plans sonores personnalisés, par exemple pour dormir, se détendre ou se concentrer. Le son est influencé par les pulsations cardiaques, le jour de la semaine, la météo ou les rendez-vous figurant dans le calendrier. L’algorithme sous-jacent est d’ailleurs le premier
à avoir été contractuellement adopté par un label musical.

Téléchargement gratuit pour iOS et Android (achats intégrés)