X

Recherches fréquentes

Actuel

Star de la semaine: Bligg

PHOTO
Ferdinando Godenzi
28 février 2012

Interview

Coopération. Après Polo Hofer et Gölä, vous avez, vous aussi, enregistré aux Etats-Unis. Est-il de bon ton pour les stars de dialecte suisse d'aller chercher de nouvelles perspectives en Amérique?
Bligg. Non, ce n'était absolument pas notre intention. Nous cherchions juste un groupe capable de concrétiser notre projet. En Suisse, nous n'avons malheureusement trouvé aucun brass band pouvant nous convenir. Je voulais plus de soul, de sons urbains et de grunge. Après maintes recherches, notre choix s'est porté sur le Youngblood Brass Band de Madison, dans le Wisconsin.

Le moment n'est-il pas venu de voguer vers de nouveaux horizons?
Je n'ai pas encore rempli le Hallenstadion! Mais il est vrai que la Suisse devient parfois trop exiguë. Par chance, Internet nous a permis depuis longtemps de dépasser les frontières. Cela fait un moment déjà que nous recevons des demandes pressantes d'Autriche et d'Allemagne nous demandant de nous produire là-bas. Nous avons déjà donné nos pre­miers concerts dans ces pays. C'était dans le sud de l'Allemagne et au Vorarlberg, en Autriche. Les choses bougent doucement.

A l'étranger, vous n'êtes pas une star. Vous devez vous produire sur des scènes plus petites et pour un cachet moindre.
C'est plutôt logique, mais je n'ai pas l'impression de m'abaisser lorsque je le fais. La sensation ressentie face à 2000 ou 200 personnes est la même. Le contact avec le public est même plus proche dans les petits clubs.

C'est également ce à quoi vous aspirez avec la tournée «Brass aber herzlich».
Incontestablement. Après les deux dernières tournées avec deux camions de 16 tonnes et la somme énorme investie, je me réjouis à l'idée de me produire dans des clubs un peu plus petits et ainsi, revenir en quelque sorte à mes racines.

Même lorsque vous essayez de ne pas voir trop grand, vos créations se retrouvent dans les charts suisses...
Beaucoup pensent que cela tient à l'intégration d'éléments traditionnels dans le son de notre album à succès «0816». Non pas que nous jouions de la musique folklorique. Nous en utilisons uniquement les sons.

Vous cultivez le principe de la politique suisse du consensus: on garde les valeurs sûres – hip-hop et guitares – et on développe de nouvelles tonalités...
C'est exactement ça. Dans le même ordre d'idées, si mon studio était une cuisine, je serais Jamie Oliver trouvant son inspiration dans le contenu du réfrigérateur. Et il est bien rempli! Je ne m'impose aucune limite de genres. Les personnes innovatrices sont intéressantes à mes yeux. Même Bob Dylan en a entendu de belles lorsqu'il est passé de la guitare acoustique à l'électrique et qu'il s'est produit avec un groupe. J'utilise de nouveaux éléments, mais je reste fidèle à mes racines. Je rappais déjà de façon mélodieuse avant que ce soit la mode, et j'avais des solos de guitare dans mes chansons alors que c'était plutôt mal vu dans le monde du hip-hop.

Ce qui doit être excitant, c'est de passer du studio à la scène. Com­bien de temps les répétitions vont-elles durer?
Il nous reste exactement trois jours (rires)! Et je dois encore m'habituer aux nouveaux textes. J'en ai modifié pour «Brass aber herzlich», comme «Romeo und Julia» ou encore «Rendezvous», où la mort frappe à ma porte.

Portrait

Star der Woche: Bligg

Vrai nom: Marco Bliggensdorfer
Date de naissance: 30 septembre 1976

Discographie:
«Brass aber herzlich» (2011)
«Bart aber herzlich» (2010)
«0816» (2008)
«Yves Spink» (2007)
«Mit Liib & Seel» (2006)
«Okey Dokey» (2005)
«Odyssey» (2004)
«Normal» (2001)

Actualité/concerts: la tournée «Die Brass aber herzlich Tour 2012», avec le Youngblood Brass Band.

Les dates de la tournée sur: www.bligg.ch

Concours

Rencontrez Bligg et gagnez des places de concert.

• Gagnez deux places pour un concert de Bligg et rencontrez-le personnellement. Egalement à gagner:
• 5 x 2 places pour un concert de Bligg
• 10 CD dédicacés
• 10 t-shirts. Pour participer:

Pour participer: www.supercard.ch