X

Recherches fréquentes

Loisirs

Pourquoi les super-héros nous fascinent?

Sauveurs de l’humanité Depuis l’Antiquité, les hommes admirent les super-héros. Dotés de forces et de pouvoirs surhumains, ils combattent le Mal pour sauver le monde. Historique.

TEXTE
PHOTO
Franca Pedrazzetti, Alamy, SP, éditions Taschen, Keystone, Marvel
20 avril 2015

Article

Les super-héros ouvrent aux enfants des possibilités et des univers infinis.

Abonnez-vous ici à la newsletter pour suivre l'actualité de Coopération

 

De Hercule à Superman

Enfant, il étranglait des serpents à mains nues et créa accidentellement la voie lactée! Plus tard, il effectua les douze travaux qui lui avaient été imposés pour expier le meurtre de sa femme et de ses enfants, tua un monstre marin et conquit Troie. Victime d’une ruse perfide, il perdit la vie dans la douleur: lorsque Hercule voulut retirer la tunique empoisonnée que sa femme lui avait offerte, sa peau partit en lambeaux. Pour mettre fin à ses souffrances, il demanda à son ami Philoctète de le brûler vif. Hercule accéda à l’immortalité et rejoignit le mont Olympe, la montagne des dieux.
Alors que la brutalité et les infractions à la morale sont monnaie courante dans les légendes antiques, les premières aventures des super-héros de bandes dessinées sont quasi inoffensives. Superman, premier super-héros du genre, apparaît dans les années 1930 et doit sa force surhumaine à ses origines extraterrestres. Au quotidien, Superman vit incognito sous le nom de Clark Kent, et troque sa tenue de journaliste contre la cape de super-héros pour combattre le crime.
Aux États-Unis, le succès de la BD ouvre la voie à une armada de super-héros analogues, qui désormais ne combattent pas seulement le Mal en solitaire, mais aussi en équipe: X-Men, les Quatre Fantastiques ou Avengers sont les plus connus. Alors que les femmes ont longtemps été cantonnées aux rôles d’admiratrices ou de victimes à sauver, les super-héroïnes, telles Wonder Woman, Black Widow (la Veuve noire) se sont aujourd’hui imposées.

Le film «Batman, le défi», de Tim Burton (1992), a changé la perception des super-héros de la part des Européens.

Super-héros dès le berceau

«Si les super-héros sont encore si populaires aux États-Unis, sur grand écran notamment, c’est parce qu’ils ont bercé l’enfance des Américains. À l’image de Tintin pour les Européens», explique Marc Atallah, directeur de la Maison d’Ailleurs, à Yverdon (VD), qui a organisé une exposition sur le sujet entre mars et octobre 2014.

Le film «Iron Man» est sorti en 2008, 42 ans après la série animée.

Batman et Iron Man sont des super-héros à part entière: ils n’ont pas de pouvoirs surhumains, mais leur fortune leur permet d’utiliser les technologies de pointe pour combattre le Mal. À l’instar de leurs homologues, ils rivalisent de talents pour gagner le cœur des lecteurs. Batman appartient à l’univers de DC Comics et Iron Man est une production Marvel. Ces deux maisons d’édition, qui ont depuis été rachetées respectivement par Time Warner et Disney, dominent le marché des super-héros de BD aux États-Unis. «Marvel englobe quelque 5000 personnages – moins pour DC Comics. Ces maisons ont/avaient intérêt à avoir le maximum de personnages pour maximiser les droits d’auteur et les profits. C’est ainsi que de nombreux super-héros ont des aventures spécifiques. Cela permet en aval à l’industrie cinématographique de capter tous les publics», estime le docteur en lettres spécialiste de la science-fiction.

Hulk, le géant vert, une adaptation moderne de Dr. Jekyll et Mr. Hyde.

Bain miraculeux

Pour en revenir aux héros antiques, le rituel du bain est souvent à l’origine de leur invincibilité. Achille, le héros de la guerre de Troie, a été plongé par sa mère dans le fleuve Styx. Il n’était alors vulnérable qu’au niveau du talon – par lequel sa mère l’avait tenu –, raison pour laquelle le talon d’Achille désigne aujourd’hui encore le point faible de quelqu’un.
Obélix, autre type de «super-héros XXL» – le seul personnage de bande dessinée européenne à avoir conquis le monde de la BD –, est tombé, petit, dans un chaudron rempli de la potion magique qui rend les Gaulois invincibles. La radioactivité remplace dorénavant le bain. Peter Parker est devenu Spider-Man après avoir été piqué par une araignée radioactive, et le physicien Bruce Banner s’est transformé en un monstre vert, Hulk, suite à une exposition aux rayons gamma. Ce héros de BD des années 1960 est une adaptation moderne de Dr. Jekyll et Mr. Hyde.

Les Européens ont eu Tintin et les Américains les super-héros»

Marc Atallah, spécialiste de la science-fiction

Si les petits Européens lisent Superman et Spider-Man, c’est parce que ces grandes figures ont désormais envahi le grand écran. «À ce titre, les deux films Batman de Tim Burton, sortis à partir de 1989, ont eu un impact considérable sur la culture de l’Ancien Continent, souligne le directeur de la Maison d’Ailleurs. Ça a carrément changé la perception des super-héros sous nos latitudes.»
Existe-t-il encore un lien avec le jeu innocent des enfants dans leur costume de super-héros? Oui, car le point commun réside dans la fascination à dépasser les limites de l’existence humaine avec la certitude de pouvoir tout surmonter. Avec l’immortalité en toile de fond.

Super-héros à la française Le journaliste Xavier Fournier a sorti un livre sur les justiciers  de l’Hexagone. Ils sont des centaines…

Les super-héros ne sont pas qu’Américains. Les Français ont aussi les leurs. Et ils sont plusieurs centaines… C’est ce que le journaliste tricolore Xavier Fournier a découvert alors qu’il creusait ce sujet pour l’éditeur Huginn & Muninn, mandant du livre Super-héros: une histoire française, sorti fin 2014. Une première du genre. «Je suis remonté jusqu’au XIXe siècle où le Comte de Monte-Cristo est considéré comme le grand-père de Batman!» raconte Fournier.
Il a aussi retrouvé la trace de super-héros masqués qui ont patrouillé dans Paris dans les années 1800. «Ces personnages, innombrables, sont des thermomètres de la société. Ils naissent et disparaissent au fur et à mesure de ses soubresauts, de son évolution. Il y a l’idée sous-jacente d’un surhomme qui sait maîtriser la société et répondre aux injustices.»
Si quelques noms restent dans la mémoire collective, Superdupont (illustration), Fantômas – «même si celui-ci est plutôt un super-vilain, je l’ai intégré, car il a influencé beaucoup de protagonistes, au Mexique notamment» –, la plupart ont disparu avec leur maison d’édition. «Il y a très peu de transmission de l’histoire du genre entre les maisons d’édition.»
Pourtant, le sujet passionne. Face à la demande, l’auteur va démarrer un deuxième bouquin sur ce thème.

Les enfants retiennent surtout le côté ludique des super-héros.

Une somme de 700 pages

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur les super-héros de Marvel.
En effet, à l’occasion des 75 ans (fêtés en 2014) de la célèbre fabrique américaine de justiciers, les éditions Taschen ont sorti une somme de 700 pages et 2000 images (!), intitulée «75 ans de Marvel. De l’Âge d’or des comics à l’ère des blockbusters». On doit cette véritable encyclopédie (disponible en français) à l’auteur Roy Thomas qui, depuis 1965, écrit pour la bande dessinée, le cinéma et la télévision. On y trouve des photos de films et des coulisses de tournage, des jouets et des objets de collection rares… Un livre de chevet pour tout fan de super-héros qui se respecte.

www.taschen.com

Quiz super-héros

  01
sur
 

Solution du quiz (dans la version papier du journal n°17): BATMAN

Recettes mondiales en millions de dollars

Source www.boxofficemojo.com

Avengers – L’ère d’Ultron

L’invasion prochaine de super-héros dans les salles obscures doit beaucoup au succès colossal de l’équipe des Avengers. En se classant troisième au palmarès des films les plus rentables de tous les temps avec des recettes d’un milliard et demi de francs, le premier volet de la saga a entraîné un raz-de-marée de projets à la gloire des surhommes. À commencer bien sûr par Avengers – L’ère d’Ultron, la suite des aventures des justiciers de Marvel. Cette fois, Iron Man et sa bande – Captain America, Thor, Hulk, Black Widow et Hawkeye – doivent affronter le redoutable robot Ultron. Une sorte de Terminator indestructible et capable de se dupliquer à volonté, qui depuis son apparition en 1968 dans les comics Marvel est l’ennemi juré des Avengers. 

Pour pimenter l’intrigue, il est ici (contrairement aux comics) l’invention de Tony Stark, alias Iron Man, ce qui ne manque pas de provoquer des frictions au sein de la coalition de héros et même un duel épique entre Iron Man et Hulk. De quoi tenir en haleine et ravir les jeunes spectateurs qui sont après tout le public cible de ce type de blockbuster. Grâce au succès sans précédent de la saga, les studios Marvel tournent à plein régime. On verra bientôt débouler Ant-Man, de nouveaux volets de Captain America, Thor, et Gardiens de la Galaxie, sans oublier deux épisodes supplémentaires des Avengers d’ici 2019.
Les autres studios ont pris le train en marche. L’an prochain, Batman affrontera Superman sous la bannière de DC Comics et les mutants de X-Men se déclineront en trois films. Dormez tranquille, le monde n’a pas fini d’être sauvé. Miguel cid, Londres

«Avengers – L’ère d’Ultron» en salle le 22 avril.

Captain America, l’un des Avengers.

Bricolage

Découvrez d'autres vidéos bricolage