X

Recherches fréquentes

Lifestyle

Météo: les prophètes du temps

Prévisions Il n'y a rien de plus aléatoire que d'essayer de savoir le temps qu'il va faire sur le long terme. Sauf pour les légendaires flaireurs de temps du Muotatal. Immersion dans la Suisse profonde.

PHOTO
Heiner H. Schmitt
12 septembre 2016

Les flaireurs de temps Martin Horat, Martin Holdener et Alois Holdener (de g. à dr.), observent le canton dUri du haut du canton de Schwytz.


Reportage

Prévisions pour la survie

Temps frais dès la mi-octobre »

Alois Holdener (61 ans), flaireur de temps

Les flaireurs de temps vont souvent en forêt. La nature leur inspire leurs prévisions à long terme.

Souris, fourmis et pommes de pins

Quand on se balade avec eux à travers la ville de Schwytz, on est constamment arrêtés par des passants qui veulent savoir quel temps il fera le prochain week-end. Ou comment sera la prochaine saison. Une dame d'allure sportive, munie d'un sac à dos et d'un équipement de randonnée, veut savoir quand arrivera l'hiver. Martin Horat plisse malicieusement les yeux: «L'hiver? Il vient de l'ouest!» Une réponse qui laisse planer le doute: il ne veut pas le dire. Strictement confidentiel. Car des prévisions, les flaireurs de temps n'en font que deux fois par an lors de la réunion de l'association qui compte plus de 4500 membres.
Ils viennent de toute la Suisse et même de l'étranger. «Des Suisses qui habitent en Australie, par exemple», ajoute Martin Horat (72 ans). Martin – ou «Märtel» pour les intimes –, est l'un des flaireurs les plus âgés. Il a un peu de peine à se déplacer, ce qui ne l'empêche pas d'aller rendre visite aux fourmis des bois. C'est de leur comportement qu'il déduit ses prévisions météo.
C'est également sur l'observation d'animaux que reposent les prévisions de Martin Holdener (55 ans). Lui, mise sur les souris, mais pas seulement. «En tant que paysan, je travaille dans et avec la nature. Je vois le comportement des animaux, j'observe les plantes…». À quoi s'ajoutent l'intuition et l'expérience. «C'est ainsi que mes prévisions voient le jour», explique-t-il.
Il les rédige toujours juste avant la réunion, chaque année au printemps et en automne.
Alois Holdener (61 ans) observe les pommes de pins et la forêt. Il est souvent dehors de par sa profession de monteur de lignes aériennes. Il fait partie des trompe-la-mort qui grimpent en haut des mâts de courant à haute tension et qui assurent le bon fonctionnement des lignes. «Le courant est si puissant qu'il n'y a même pas besoin de toucher les câbles; il y a danger de mort à cinq mètres de distance déjà», affirme-t-il. Quand il travaille là-haut, le courant est bien sûr coupé. «Sinon, l'association des météorologues devrait trouver un nouveau flaireur!» Flaireur de temps, on le reste toute sa vie. L'année dernière, Karl Reichmuth, flaireur de longue date, est décédé. Roman Ulrich (44 ans), le plus jeune de tous, a pris sa relève.

Première neige en montagne vers le 12 octobre»

Martin Holdener (55 ans), flaireur de temps

Alois Holdener analyse les pommes de pins.

Martin Holdener observe les souris.

Les experts restent sceptiques

Stephan Bader, spécialiste du climat chez MétéoSuisse, ne veut porter aucun jugement sur de telles prévisions: «Pour savoir s'il y a du vrai dans les observations de la nature, il faudrait comprendre l'ensemble des interactions physiques et comparer statistiquement les prévisions aux conditions météorologiques réellement constatées et mesurées. MétéoSuisse ne procède pas à de tels examens et ne peut par conséquent prendre position quant à la fiabilité de ces observations dans la nature.»
Ce qui est sûr, c'est que l'expert ne se fierait pas aux dictons paysans. Nikolai Eggenberger, en revanche, ne les considère pas comme fondamentalement faux. L'enseignant de degré supérieur de Buchs (SG) en a même fait son mémoire de maîtrise. Il a cherché à savoir si ces dictons collent vraiment à la réalité. En résumé: si l'on superpose différents aspects tels que température, précipitations et durée d'ensoleillement, le taux de réussite est plus grand que le hasard. «Mais il en va aussi de la perception personnelle, souligne-t-il, car des mots tels que beau temps signifient pour chacun quelque chose de différent.»

Doux et ensoleillé jusqu'à la fin du mois»

Martin Horat (72 ans), flaireur de temps

Martin Horat ne craint pas les fourmis. De leur comportement, il tire ses prévisions.

Utilisateurs des bulletins météo

Des branches telles que l'économie énergétique préfèrent se fier aux prévisions de MétéoSuisse. «Pour le marché de l'énergie, il devient de plus en plus important de prévoir la production et la consommation énergétique, observe Stephan Bader. Il y a un grand intérêt de ce secteur pour des prévisions à long terme.» Idem pour l'agriculture, «bien que ce soient moins les producteurs que les organisations étatiques ou de grands groupes agroalimentaires qui utilisent ces informations, par exemple pour la prévision des récoltes sur de grandes surfaces. Nous établissons ainsi des prévisions saisonnières pour le Pérou dans le cadre d'une coopération au développement. Le service météorologique péruvien peut ainsi informer le secteur agricole de risques à venir.»
Mais même les météorologues professionnels ne sont pas en mesure de faire des prévisions à long terme fiables à 100%. «Certaines firmes peuvent profiter de tels pronostics, bien que sur une longue période temporelle elles ne reçoivent pas de prévisions météorologiques absolues mais seulement des tendances sous forme de probabilités. Dans des domaines tels que la prévision des crues ou les avertissements de canicule, des essais sont en cours pour utiliser de telles prévisions comme système d'alerte rapide pour les autorités.»
L'agence Gamned profite d'une manière totalement différente des prévisions météo. L'entreprise adapte sa publicité pour la Compagnie genevoise de navigation au temps. S'il fait beau, davantage de bannières publicitaires sont mises en place pour une croisière sur le Léman. La publicité serait ainsi plus efficace.
Il y aurait tant à prédire pour les flaireurs de temps du Muotatal s'ils étendaient leurs activités à toute la Suisse. Par exemple avec des succursales dans tous les cantons. Mais ils se contentent du canton de Schwytz. «Sinon, tous les autres météorologues perdraient leur travail!», s'exclame Alois Holdener avec un sourire goguenard.

MétéoSuisse établit des prévisions pour le mois et la saison à venir sur la base de modèles physiques. Elles sont publiées sur le site web de l'Office fédéral (www.meteosuisse.ch). Prévisions actuelles de septembre à novembre: la température moyenne pour cette période montre tout sauf une nette tendance! Un automne avec une température moyenne se situant dans le tiers inférieur des valeurs mesurées jusqu'ici semble un peu moins probable qu'un automne normal ou plus tempéré. Cette tendance est un peu plus nette dans l'ouest et le sud du pays.
Des prévisions saisonnières aussi peu explicites sont typiques pour l'Europe centrale et montrent que des pronostics sur plusieurs mois pour notre région sont extrêmement difficiles à faire. Donc, à prendre avec des pincettes.

Prévisions

Martin Horat

Martin Horat voit venir un bel automne.

Septembre: enfin du beau temps automnal. Peu de jours de pluie même aux alentours de la mi-septembre. Les journées douces et ensoleillées perdureront jusqu'à la fin du mois.

Octobre: de la neige en altitude. Temps assez sec et clair jusqu'au 20. Un peu de brouillard le 15.

Peter Suter

Peter Suter prévoit qu'il va y avoir du beau temps pour les randonnées et les récoltes.

Septembre: beau temps jusqu'au 10. Vers le milieu du mois, temps changeant mais majoritairement sec. Dès le 20, beau mais le brouillard au sol et élevé va donner du fil à retordre au soleil pour s'imposer.

Octobre: au début, assez beau. Vers la mi-octobre, temps changeant avec quelques jours de pluie. La neige conquerra les montagnes et descendra assez bas.

Martin Holdener

Martin Holdener, après d'innombrables calculs, prévoit que l'automne sera «à 70% beau».

Septembre: au début encore beau mais après temps instable. À partir du 12, beau avec trois jours de pluie jusqu'au 24. Fin du mois beau avec le matin brouillard au sol. Tout à la fin, temps frais et variable.

Octobre: beau en début de mois. Vers le 12, première neige en montagne mais le soleil d'automne va se charger de la faire disparaître. Beau temps jusqu'au 20. Idéal pour les vendanges.

Roman Ulrich

Roman Ulrich pense que l'automne ne sera pas très pluvieux.

Septembre: les alpagistes qui sont montés tardivement auront passé peu de temps sur l'alpage. Beaucoup de jours humides et froids jusqu'au 13.
À partir de là, septembre se montrera sous son meilleur aspect. Temps changeant le Jeûne fédéral (le 18).

Octobre: temps contrasté jusqu'au 20. Le 16 sera froid mais sec. Ensuite, belles journées mais déjà trop tard. En montagne, les bêtes sont déjà à l'étable.

Karl Hediger

Karl Hediger pense qu'à quelques rares exceptions, l'automne sera satisfaisant.

Septembre: temps ensoleillé au début avec quelques rares nuages, un peu de pluie entre-deux. Suivra du très beau temps pour les randonnées. Beau temps en montagne le 18, jour du Jeûne fédéral.

Octobre: temps froid et pluvieux du 1er au 10. Peu de soleil. La neige descendra jusqu'à mi-hauteur. Le beau l'emportera majoritairement ensuite jusqu'au 20. Temps contrasté le 16.

Alois Holdener

Alois Holdener s'attend plutôt à un automne assez frais.

Septembre: au début, plutôt beau, en basse altitude en partie gris, brouillard jusqu'au 15. Les dix jours suivants plus frais et pluvieux, les dernières bêtes descendent des alpages. Derniers jours ensoleillés.

Octobre: les premiers jours assez beaux, avec parfois du brouillard au sol. Temps maussade et frais du 8 au 16.

Vidéos et liens

Les vidéos sont traduites! VO vidéo 1 | VO vidéo 2

CNRS. Le climat de la Terre Prévision mensuelle de MétéoSuisse Perspective saisonnière de MétéoSuisse Scénarios climatiques de MétéoSuisse Situation générale selon MétéoSuisse Prévisions à six jours pour la Suisse de MétéoSuisse Le climat en Suisse de MétéoSuisse RTS Découverte