X

Recherches fréquentes

Loisirs

Le retour du flipper

Multibilles Le monde du flipper sort doucement de sa torpeur. Des manifestations grand public suscitent l’intérêt des plus jeunes. Et si ces mythiques engins revenaient sur le devant de la scène?

TEXTE
PHOTO
Nicolas de neve, Roberto Ceccarelli, Kaminski
24 avril 2017

Fatima (8 ans) et Salvator (6 ans) enchaînent les parties de flipper avec assurance. Les flippers regorgent de thématiques, de couleurs et d?éléments de jeux. Les détails sont toujours splendides. Les flippers regorgent de thématiques, de couleurs et d?éléments de jeux. Les détails sont toujours splendides. Les flippers regorgent de thématiques, de couleurs et d?éléments de jeux. Les détails sont toujours splendides. Les flippers regorgent de thématiques, de couleurs et d?éléments de jeux. Les détails sont toujours splendides. Les flippers regorgent de thématiques, de couleurs et d?éléments de jeux. Les détails sont toujours splendides. Les flippers regorgent de thématiques, de couleurs et d?éléments de jeux. Les détails sont toujours splendides. Les flippers du Swiss flipper tour sont en libre accès pour tous. Les flippers du Swiss flipper tour sont en libre accès pour tous. Les flippers du Swiss flipper tour sont en libre accès pour tous. Partie commune pour Denis Ritter et son fils Hugo. Un duo mère-fille (Alyssa et sa maman Jeanie) donne le meilleur sous les yeux de la petite dernière (Selena) à l?occasion d?une partie Hello family contest. Concentration maximale pour Carine et Liam ! L?électronique est un élément crucial. La révision d?un flipper peut prendre des dizaines d?heures. L?électronique est un élément crucial. La révision d?un flipper peut prendre des dizaines d?heures.

Les flippers regorgent de thématiques, de couleurs et déléments de jeux. Les détails sont toujours splendides.

Les flippers regorgent de thématiques, de couleurs et déléments de jeux. Les détails sont toujours splendides.

Les flippers regorgent de thématiques, de couleurs et déléments de jeux. Les détails sont toujours splendides.

Les flippers regorgent de thématiques, de couleurs et déléments de jeux. Les détails sont toujours splendides.

Article

 

Déclin des bistrots et de leurs jeux

Aujourd’hui, les choses ont changé. Le creux de la vague des années 2000 a fait des ravages. «L’esprit du bistrot a radicalement évolué, et avec lui l’état d’esprit du jeu en son sein», souligne Christian Gaillard. Il faut dire que ce professionnel valaisan du flipper en connaît un rayon. Tombé dedans à l’âge de 21 ans, sa passion est restée intacte. Location, vente, réparation, recherche de pièces, collection: la démarche de ce quaran­tenaire est globale. Il possède plus de 300 machines: «Je ne les compte plus vraiment.» D’ailleurs, la quasi totalité des engins du Swiss Flipper Tour (voir l’interview et les dates en pages 14 et 17) lui appartient.

Les jeunes s’y mettent

Or, un vent de renouveau semble se lever: ce jeu pas comme les autres suscite l’intérêt des jeunes adultes et parfois des enfants. «Évidemment, je n’ai pas de demandes de personnes d’une vingtaine d’années souhaitant acheter un flipper, souligne notre interlocuteur. C’est normal, il faut compter en tout cas 5000 francs. En revanche, l’intérêt est évident dès qu’il y en a en libre accès.» Il faut dire qu’avec leur raréfaction, les flippers sont cotés. Au même titre que les voitures de collection. Le jeu devient donc difficilement accessible pour les plus jeunes en termes d’acquisition. «D’où l’intérêt d’un événement comme le Swiss Flipper Tour. Ils sont mis à rude épreuve et j’ai beaucoup de maintenance. Mais ça démocratise le flipper en lui amenant une nouvelle jeunesse.»
Ce n’est d’ailleurs ni Fatima (8 ans), ni Salvator (6 ans) qui contrediront leur «tonton Christian»: à chaque visite, les parties s’enchaînent. Pour Fatima, le flipper est un divertissement à part: «C’est aussi un jeu pour les filles, pas seulement pour les garçons!»
Avec ses thématiques de films, de héros, de bandes dessinées, de sportifs et la possibilité de jouer seul ou en groupe, nul doute que le flipper peut revenir sur le devant de la scène. À une condition toutefois: que le public y ait un accès facile. L’une des solutions? Le faire reconnaître officiellement comme un jeu à part entière, tels les fléchettes ou le billard (lire en page 15).
 

Raréfaction vintage

Avec ses stars comme le Medieval Madness de 1997 (qui coûte jusqu’à 10 000 fr.), l’univers du flipper regorge de pépites. «Il y a les anciens qui sont splendides, colorés, comme le Super­sonic de 1979 (voir la photo de couverture). En revanche, le niveau de jeu n’est pas extraordinaire. On est loin du Hobbit qui vient de sortir.»
Le flipper est également émotionnel. Christian accueille souvent des clients à la recherche de l’engin de leur adolescence: «Beaucoup ont été mis à la casse dans les années 1980.» Or, la difficulté aujourd’hui est de trouver les pièces détachées telles que les gommes, les rampes ou les décors pour les rénover. «Je suis preneur si jamais!», lance-t-il. Et que penser de l’avenir des flippers? «Il faut les rendre plus accessibles aux  jeunes pour réinsuffler une dynamique. Dès qu’un enfant voit un flipper, la magie fait son effet. Regardez Salvator et Fatima, depuis tout à l’heure ils n’ont pas bougé!»

Avec plus de 300 flippers, Christian Gaillard le sait: «C’est un travail colossal de les rénover, il faut trouver les gommes, les rampes, les cibles, sans parler de l’électronique.»

Une décision très attendue

Levente Tregova a été couronné champion d’Europe de flipper à Madrid, en 2012. Il se bat pour sa passion et aimerait que Swiss Olympic reconnaisse le flipper comme sport à part entière.

Il occupe la 145e place mondiale dans le classement des joueurs de flipper et a été sacré vainqueur du Swiss Flipper Tour en 2015. L’année dernière, Levente Tregova s’est envolé pour les États-Unis où il n’a quasiment pas mis les pieds hors des salles de flipper. Ce sportif de 39 ans vit pleinement sa passion. Il participe à des compétitions partout dans le monde depuis plus de dix ans. Il est devenu champion d’Europe à Madrid en 2012.
Il y a deux ans, le joueur a ouvert à Schaffhouse son propre club de flipper doté de trente engins. Levente Tregova souhaiterait que le flipper gagne en reconnaissance. «Les fléchettes et le billard y sont bien parvenus.» De fait, cela fait trois ans qu’il s’est tourné vers Swiss Olympic. En tant que fondateur de l’organisation faîtière des flippers suisses, il aimerait faire reconnaître sa discipline comme sport à part entière. Swiss Olympic prendra probablement sa décision à l’automne. Si elle est positive, ce serait un pas de géant pour le flipper en Suisse. l AWS

Interview

Pierre Dupertuis (63 ans), organisateur du Swiss Flipper Tour

Quelques chiffres révélateurs?
L’an dernier, pour 25 places en finale, environ 3 000 personnes ont participé aux qualifications dans tous les centres commerciaux. En moyenne 30 000 parties se jouent le temps d’une étape du Swiss Flipper Tour. Le record? La Praille, il y a quatre ans, avec 50 000 parties en dix jours.

Qui joue au Swiss Flipper Tour?
Il y a les nostalgiques qui se reprennent au jeu. Les familles qui partagent les sensations intergénérationnelles du jeu au Hello Family Contest. Des joueurs professionnels viennent aussi.
Surtout depuis que nous sommes officiellement le Championnat suisse. Le gagnant représentera le pays au Championnat du monde PAPA à Pittsburgh. Ce n’est pas rien!

Il existe deux Championnats du monde de flipper: IFPA et PAPA. Les qualifications pour l’IFPA sont très complexes. Seuls deux Suisses participeront au Championnat du monde de l’IFPA: Levente Tregova et Robert Sutter. Deux habitués du Swiss Flipper Tour.

Swiss Flipper Tour

  • Zurich, Zürich Eleven, du 19 au 29 avril
  • Conthey, Bassin Centre Conthey, du 3 au 13 mai
  • Langnau, Ilfis Center, du 17 au 27 mai
  • Avenches, Milavy Centre, du 31 mai au 10 juin
  • Villeneuve, Centre Riviera Rennaz, du 21 juin au 1er juillet
  • Allaman, Littoral Centre, du 12 au 22 juillet
  • Berne, Wankdorf Shopping Center, du 9 au 19 août
  • Netstal, Wiggispark, du 6 au 16 septembre
  • La Chaux-de-Fonds, Les Entilles Centre, du 20 au 30 septembre
  • Bienne, Centre Bahnhof, du 1er au 11 novembre

Denis Ritter, 53 ans et Hugo, 11 ans
«Mes parents tenaient un bistrot, explique Denis. C’est toute ma jeunesse. Je crois que j’ai transmis ma passion à mon fils car on joue souvent au flipper. Si on en a un à la maison? Malheureusement pas.» Un plaisir de jeu confirmé par le jeune Hugo: «C’est plus manuel qu’une tablette et on peut en essayer tout le temps de nouveaux. J’aime beaucoup!»

Jeanie Habegger, 40 ans et Alyssa, 10 ans (avec la petite Selena, 3 ans et demi)
«Je jouais quand j’avais 16 ans, dit Jeanie. Je vous avoue que je ne joue plus. Avant, il y en avait dans les pubs. C’était sympa. Ma fille voulait participer au Hello Family Contest, alors j’ai suivi.» Pour Alyssa, le flipper est une découverte: «C’est amusant et stressant! Ça me plaît.»

Carine Raaflaub, 49 ans et Liam, 9 ans
«Ça fait des années que je n’ai pas touché à un flipper, s’amuse Carine. J’aime bien jouer en fait, même si je ne suis pas très forte. Liam voulait se lancer, alors je l’accompagne.» Ce que confirme le jeune garçon: «J’ai déjà joué avec mon papa. Il y a des boutons, il se passe plein de choses. Ce n’est pas comme les jeux sur tablette.»

L’univers infini et coloré des flippers séduit petits et grands: «Il se passe plein de choses. Ce n’est pas comme les jeux sur tablette», déclare Liam, (9 ans).

Quiz et vidéos

Quiz

  01
sur
 

Comment fonctionne un flipper

Concours de flipper en France

Jeunes dans les bistros parisiens 1960

Pub samsung avec les joueurs de Chelsea

Tuto flipper