X

Recherches fréquentes

Loisirs

Anvers: sous les diamants, la perle

Welkom! Du chocolat, de la bière, des cailloux à prix d'or et… c'est tout? Bien sûr que non, Anvers regorge de pépites surprenantes: une gare «waouh», de la mode de luxe à prix doux et un guide touristique fou d'amour.

TEXTE
PHOTO
Getty Images, Alamy, Victoria Herbig, Nadine Bauer ; carte Rich Weber
20 février 2018

Sur la grande place dAnvers se dresse la fontaine Brabo de Jef Lambeaux (1887). Silvius Brabo est le légendaire soldat romain qui tua le géant Druon Antigone, lui coupa la main et la jeta dans le fleuve.


Alors, dites-moi si j'exagérais?», s'amuse notre guide Tanguy Ottomer (36 ans), en affichant un charmant sourire espiègle. Le fait est que l'escalier de marbre néo-baroque, qui s'élève des quais jusque dans le fastueux bâtiment à dôme de 1905, offre un accueil des plus royaux après un voyage en train. «Pour nous, la gare d'Anvers-Central est la plus belle au monde! Et pourtant, dans le classement international du magazine Newsweek, elle n'arrive qu'en quatrième, derrière Londres, New York et Mumbai», explique-t-il à notre groupe de huit touristes.  

Un aperçu de la splendide gare d'Anvers.

Formation sur le terrain

Le Museum aan de Stroom (MAS), musée ethnographique, anthropologique et maritime, reconnaissablepar sa façade emblématique.

Tanguy Ottomer pratique un métier qui ne s'étudie pas: il est Anversois. À 18 ans, il a fait ses adieux à l'école, préférant passer son temps aux Archives municipales et arpenter la ville portuaire. Sa formation d'expert de la ville, il l'a effectuée, pour ainsi dire, sur le terrain. Car on le sait: les meilleures histoires s'écrivent dans les rues. «Il fut un temps où Anvers passait pour être la ville la plus laide au monde», confesse-t-il lorsque nous quittons le bâtiment de la gare. «Pourtant, ce ne sont pas les 722 bombes de la Seconde Guerre mondiale qui ont détruit les belles maisons. Ce sont les habitants eux-mêmes qui ont défiguré la ville, dans les années 1960 et 1970, avec les nouvelles constructions.»

La rue des diamants

Tanguy Ottomer entraîne le petit groupe à travers un centre commercial qui ne paie pas de mine, à Keyserlei, sur la Hoveniersstraat. C'est là qu'ils se trouvent, les bâtiments gris et fonctionnels. «Par contre, je ne serais pas contre posséder cette rue», lâche l'Anversois dans un grand rire. «Tous les jours, des diamants d'une valeur d'environ 200 millions d'euros y vont et viennent.» Même si on a là quatre bourses de pierres précieuses, les meilleures affaires se concluent dans la rue, selon le guide. Les gens se connaissent et se font confiance dans le métier, qui se transmet parfois depuis 570 ans dans les familles juives. Sans oublier que les 700 caméras de surveillance font de cette rue l'une des plus sûres de tout le pays. Ce qui n'incite pas pour autant les commerçants à exhiber leurs joyaux à la vue de tous. «S'il vous prend l'envie de donner de l'argent à un individu mal fagoté, je dois vous mettre en garde: il s'agit peut-être de l'homme le plus riche au monde», souligne Tanguy. Dans le centre-ville à taille humaine, on passe très rapidement d'un lieu terne à un autre plein de lustre. À l'instar du Meir, la rue commerçante la plus importante d'Anvers.

À la fin, tout le monde aime ma ville!»

Tanguy Ottomer (36 ans), guide touristique à Anvers

De la mode aux arts

Architecture, mode ou gastronomie: Tanguy et ses collègues adaptent leurs circuits urbains (à Anvers, mais aussi Bruxelles, Bruges et Gand) à vos goûts personnels. Après la visite de l'opéra ou le tour des diamantaires, il suffit de demander pour se voir prodiguer des conseils sur les endroits tendance. Quel restaurant choisir? Où faire de bonnes trouvailles vestimentaires? «Avec un peu de chance, on déniche chez Rosier 41 une belle pièce du fameux styliste belge Dries Van Noten pour une fraction du prix neuf.» Si les vêtements de seconde main ne vous tentent pas et que vous avez un peu de monnaie sur vous, ne manquez pas la visite de Delvaux, sur la Komedieplaats. «Cette maison de maroquinerie a été fondée en 1829, soit huit ans avant Hermès.» Quant aux amateurs d'art, réservez du temps pour visiter la maison de Rubens bâtie en 1610. En résumé, Anvers est assurément une petite perle de ville à découvrir.


Notre journaliste s'est rendue à Anvers sur invitation de Visit Flanders.