X

Recherches fréquentes

Loisirs

Minorque: la petite sœur pleine de charme

Balnéaire Elle a beau rester dans l'ombre de Majorque, pour ce qui est des beautés et merveilles, Minorque tient tout à fait la comparaison avec sa grande sœur cinq fois plus grande. Visite guidée.

TEXTE
PHOTO
Konrad Baeschlin, Getty Images
20 février 2018

Une centaine de plages se répartit sur les 200 km de côtes de Minorque.


Quelle île accueille pas moins de 15  000 kilomètres de murs en pierres sèches? Après Sydney, où se trouve le plus grand port naturel sur terre? Réponse: Minorque, la petite sœur de Majorque, dans l'archipel des Baléares. Si vous y mettez les pieds pour la première fois, la profusion de merveilles que recèle cette petite île vous étonnera. Minorque est magnifiquement sauvage et immaculée. Et non, ce n'est pas une destination touristique classique. Stands de souvenirs, parcs d'attractions, baraques de frites et pizzerias se tiennent soigneusement à distance pour laisser place à des criques secrètes, des villages et des villes d'un autre temps.



L'Irlande de la Méditerranée

Certes, le tourisme n'est pas totalement absent, mais quelle tranquillité ici par rapport à Majorque! Et ce ne sont pas
les paysages verdoyants et les nombreux murs de pierres qui contrediront le surnom de Minorque: l'Irlande de la Méditerranée. Sur l'île, la culture mégalithique a donné un bon millier de monuments. Visiteurs petits et grands peuvent passer des heures autour de ces structures des temps préhistoriques. Certains de ces imposants blocs de pierre ne sont pas sans rappeler le cercle de pierres nimbé de légendes de Stonehenge, en Angleterre.

L'hôtelier suisse Erich Wasserfallen confirme le caractère balnéaire de l'île. Le gérant de 63 ans tient depuis bientôt 18 ans un petit hôtel près de Ciutadella, le «Bahia», qui ne désemplit pas. Selon lui, «il y a ici tant de criques et de plages extraordinaires qu'on peut qualifier sans rougir Minorque de petit bijou pour des vacances balnéaires». Son établissement se situe sur l'une de la centaine de plages de sable réparties sur une côte de plus de 200 kilomètres.

Sur son port ou dans ses ruelles étroites, Maó, la capitale de Minorque, permet de flâner et de se laisser surprendre le temps d'une visite.

Pour la flore et la faune

La partie du nord de l'île abrite un territoire protégé à ne rater sous aucun prétexte: le parc naturel de s'Albufera des Grau, une terre de près de 2000 hectares comportant des zones humides et une lagune alimentée en eau douce par des torrents, séparée de la Méditerranée par une ceinture de dunes. Les 200 plantes et les 100 espèces d'oiseaux font de ce
domaine un passage obligé pour les amateurs de nature, les ornithologues ainsi que pour les photographes. Les chemins de randonnée sont très bien balisés et ne sont pas avares en postes d'observation. Michel Studer (74 ans), biologiste globe-trotter, photographe de la nature et originaire de Riehen, près de Bâle, explique: «Pour visiter Minorque, nul besoin d'être un fou furieux des plages. Ce parc national justifie le voyage à lui seul.»

La diversité du paysage minorquin se fait la plus impressionnante au cours d'une excursion au plus haut sommet de l'île, l'El Toro, qui culmine à seulement 357 mètres, mais offre malgré tout une vue sur toute Minorque.

À l'ouest se trouve Ciutadella, et en poursuivant vers le nord, un paysage de pierres sèches et le phare de Punta Nati se révèlent à l'œil. C'est sur la pointe la plus septentrionale qu'a élu domicile l'écueil le plus spectaculaire de l'île, le cap de Cavalleria, dont le phare trône à 90 mètres au-dessus de la mer ouverte. À droite, c'est le village de Fornells.

Par beau temps – c'est-à-dire quasiment tout le temps –, on distingue le parc naturel s'Albufera des Grau et le port de la capitale, Maó.

Spécialités à déguster

La vieille ville de Maó, avec ses ruelles étroites et ses charmantes places, vaut la peine qu'on s'y attarde. Sans oublier les nombreuses possibilités de shopping et les spécialités à déguster, telles que le très recherché fromage de Maó, les saucissons locaux (la soubressade et le carnixulla) et surtout le gin de Minorque, boisson populaire souvent accompagnée de limonade. Il faut remercier pour cela les Britanniques qui ont importé le schnaps au genièvre au XVIIIe siècle.

La particularité de ce gin? Il ne contient pas de céréale, mais de l'alcool de vin. Les baies de genièvre proviennent pour leur part du continent espagnol. Minorque, une petite île qui tient donc toutes ses promesses de découverte, d'originalité et de dépaysement.

Notre journaliste s'est rendu à Minorque sur invitation de Rhomberg Reisen.