X

Recherches fréquentes

TOURISME
AFRIQUE AUSTRALE

Au fil du Zambèze

Safari aquatique entre éléphants et hippos, croisière sur le lac Kariba et douche arc-en-ciel aux chutes Victoria. Bienvenue en Afrique australe.

PHOTO
Croisieurope | Jasmina Slacanin | CARTE: Janina Noser
VIDEO
Jasmina Slacanin
23 septembre 2019

Avec ses affluents, le Zambèze représente le quatrième plus grand fleuve d’Afrique. Il traverse six pays d’Afrique australe sur quelque 2660 km avant de se jeter dans l’océan Indien. Il est interrompu dans sa course à divers endroits comme aux chutes Victoria ou au barrage de Kariba.

Attention, hippopotame méchant

«C’est le voyage d’une vie», s’enthousiasme le Français Yannis Moucha (43 ans) en découvrant son lodge tout confort en face de l’Impalila Island en Namibie, à la frontière du Botswana et de la Zambie, au bord du Zambèze. Il s’agit de l’une des premières étapes d’un voyage envoûtant suivant la trajectoire du fleuve mythique. Comme lui et sa famille, un groupe est prêt pour passer des vacances inoubliables. A condition toutefois de respecter quelques consignes de sécurité. «Ne vous baignez pas dans la rivière et ne placez jamais un pied ou un bras hors de la barque lors des safaris, avertissent les responsables du lodge. Car les crocodiles peuvent sauter et vous les arracher.» Ici, la nature imprévisible aura toujours le dernier mot. La nuit, on ne se baladera pas non plus seuls pour rejoindre nos lodges respectifs, histoire d’éviter une rencontre fatale avec des hippopotames. Bien qu’ils paraissent mignons avec leurs grosses narines, leurs yeux tout ronds et qu’ils paraissent peu actifs, ce sont des animaux extrêmement dan­gereux. Leurs mâchoires puissantes s’ouvrent à 150 degrés et peuvent se refermer rapidement, telle une guillotine. «On est comme des chips pour eux», nous expliquera plus tard le guide zimbabwéen Pepe Nyanyiwa (38 ans), lors de notre croisière sur le lac Kariba.

Les girafes victimes de la foudre

Nombre de parcs nationaux permettent d’observer les animaux sauvages accompagnés de guides. Celui de Chobe, au sud du Botswana, fait partie des plus célèbres. Sa particularité principale reste la forte concentration d’éléphants. «Il y en a aujourd’hui 136000 », indique Sam Nchinda (25 ans), notre guide originaire du Botswana. Ici comme dans beaucoup de pays africains, on ne plaisante pas avec les braconniers. «Si un gardien en voit un, il a alors l’ordre de le tuer», apprendrons-nous du responsable du parc de Matusadona au Zimbabwe.

La Namibienne Tracey-Rose Otchoumou (48 ans) du lodge CroisiEurope et Sam Nchinda (25 ans).

A bord de 4x4, les touristes (entre 800 et 2000 visiteurs par jour) se déplacent sur les chemins cabossés espérant croiser un animal sauvage. Il est strictement interdit de descendre de la voiture ou de faire du bruit! «Ce sont les buffles les plus dangereux, relève le guide. Contrairement aux autres animaux, ils ne manifestent pas leur agressivité et peuvent charger sans prévenir.» Les grosses poches sur la tête des mâles servent à protéger le cerveau lors des bagarres. En évoluant dans le parc, on tombe nez à nez avec les impalas qui s’arrêtent et nous regardent avant de prendre la poudre d’escampette. En cas de danger, les taches noires qui se trouvent sur leurs pattes dégagent une odeur permettant aux autres membres de la troupe de les suivre.

C’est l’heure du goûter pour les girafes qui mâchouillent calmement les feuilles des arbres. Contrairement aux impalas qui ont beaucoup de prédateurs ici, la cause de mortalité numéro un des girafes est la foudre. Avec leur taille atteignant facilement 5 mètres (3 mètres pour le cou), elles représentent le point culminant du lieu. Quelques minutes avant la fin du safari, notre voiture s’arrête. Un silence royal s’installe à bord. A quelques mètres de nous une panthère sort lentement d’un buisson et s’assoit. Un mélange de fascination et de stupeur nous envahit. Elle se lève gracieusement, fixe une proie au loin et disparaît en un éclair. «Voir une panthère est rare, vous avez eu de la chance», nous rappelle Sam aussi ému que nous.

Notre prochain arrêt est l’énigmatique lac Kariba, que le Zimbabwe et la Zambie se partagent.

La forêt du lac Kariba

Le barrage hydroélectrique de Kariba, construit sur le Zambèze à la fin des années 1950, donna naissance au lac artificiel éponyme, le plus grand d’Afrique avec 200 km de long et 40 km de large. Nous embarquons à bord de l’African Dream pour une croisière unique en son genre. Découvrir la forêt de mopanes (voir la vidéo ci-dessus), un arbre imperméable, qui a résisté à l’eau depuis plus d’un demi siècle, croiser des rafts d’hippopotames, des crocodiles, des aigles pêcheurs et des zèbres font ici partie du quotidien. Le matin, en ouvrant le rideau de nos chambres, on découvre dans le parc national de Matusadona, des éléphants qui font leur toilette... Un vrai rêve éveillé!

Les chutes Victoria

Last but not least. Le voyage se termine par une visite des célèbres chutes Victoria formées par... le Zambèze bien sûr. Une profondeur de 108 m, s’étendant sur plus de 1 km; ce sont parmi les plus grandes du monde. Un arc-en-ciel se forme au milieu de cette fumée d’eau se situant sur la frontière entre le Zimbabwe et la Zambie! Une expérience que l’on a pu effacer de notre «bucket list», pas de notre mémoire.
 


Sans jet lag

Safaris et croisière


A découvrir toute l’année
CroisiEurope propose un séjour en Afrique australe alliant vols en avions privés, safaris aquatiques et terrestres ainsi qu’une croisière sur le lac Kariba. Le séjour débute en Afrique du Sud, avec une visite de Johannesburg (possibilité de commencer le séjour au Cap), il se poursuit en Namibie, au Botswana et au Zimbabwe. Ces lieux se trouvant sur le même fuseau horaire que la Suisse, il n’y a donc pas de jet lag.

Prévoir des dollars américains en petites coupures pour les achats. Plus d’infos sur www.croisieurope.ch

 


A lire aussi: