X

Recherches fréquentes

Des montagnes aux bains

Les premières neiges de la saison viennent de recouvrir les maisons en bois du vieux village de Loèche-les-Bains. Les touristes ne vont pas tarder à débarquer pour leurs vacances d’hiver. Nombre d’entre eux retournent chaque année dans ce havre de paix qui respire l’authenticité.

PHOTO
Leukerbad Tourismus
25 novembre 2019

Comme beaucoup, le Valaisan Florent Moos a eu le coup de foudre pour Loèche-les-Bains. Originaire d’Ayent, il s’est installé dans ce village de montagne il y a huit ans et travaille actuellement à l’office du tourisme. Les sommets alentour offrent des possibilités innombrables aux amateurs de sports en plein air. «D’un côté, on trouve des pistes de ski alpin, et de l’autre, tout est aménagé pour les randonnées et le ski de fond», explique-t-il en pointant du doigt les sommets du Torrent et de la Gemmi. De la station de bus postaux jusqu’au vieux village, il n’y a qu’une dizaine de minutes de marche. En théorie. Car en pratique, cela prend beaucoup plus de temps. Florent Moos s’arrête régulièrement pour dire «bonjour» et échanger quelques mots avec les personnes qu’il croise. L’atmosphère est conviviale, familiale, joyeuse. Dans ce village de quelque 1400 habitants, tout le monde se connaît, «ce qui a ses avantages mais aussi ses inconvénients».

La clientèle romande est nombreuse et fidèle à Loèche-les-Bains, au point d'oublier parfois que la langue officielle reste le suisse-allemand, même si la plupart des habitants parlent également le français.

Un record européen

Paradis du VTT, de la randonnée et des sports d’hiver, Loèche-les-Bains est, comme son nom l’indique, surtout connu pour ses bains. Chaque jour, 3,9 mio de litres d’eau thermale à 51 °C se déversent dans une trentaine de bassins. Il s’agirait de la plus grande abondance en eau thermale d’Europe.

L’intérêt touristique de la région, motivé par le thermalisme, daterait déjà de l’époque helvético-romaine, soit du IIe siècle, au plus tard, estime-t-on. Mais c’est en 1501 que ce tourisme connaît un véritable essor grâce à Matthäus Schiner, cardinal de Sion, qui achète des droits sur certaines sources chaudes. Des familles nobles prennent ensuite la relève. Aujourd’hui, les sources appartiennent à la municipalité et à la commune bourgeoise de Loèche-les-Bains.

La fin des dettes

Le centre thermal Burgerbad (Leukerbad Therme) a été rénové en 1989, tandis que Walliser Alpentherme & Spa a vu le jour en 1993. Ce dernier fait partie des nombreuses mesures prises dans les années 1990 de rénovation des infrastructures existantes et de construction de nouvelles pour rebooster le tourisme dans le village. Mais la station a eu les yeux plus grands que le ventre, ce qui engendra des dettes gigantesques, estimées à 346 millions de francs à l’époque. En 2003, la société Sanag Leukerbad AG a été créée dans le but d’assainir les finances communales. La situation est aujourd’hui jugée équilibrée. Cependant, des garde-fous sont mis en place pour s’assurer que la dette par habitant ne dépasse pas 5000 francs durant encore quelques années et «les impôts restent élevés dans le village», déclare Florent Moos.

Après le travail, les habitants du village ont pris l'habitude de faire un saut dans l'un des bains thermaux.

Du bureau aux bains

L’air frais de la montagne, les vertus thérapeutiques des sources chaudes, l’atmosphère conviviale: cette slow life semble très appréciée des habitants de la petite station. «Certains vont aux bains tous les jours après le travail. Moi j’y vais une fois par semaine, en y restant environ 45 minutes. Les habitants achètent toujours un abonnement annuel», explique Florent Moos.

Le village comprend actuellement trois bains principaux ouverts au public: Leukerbad Therme (le plus grand centre thermal des Alpes!), à la clientèle nombreuse et familiale, Walliser Alpentherme, qui attire majoritairement des adultes et Therme 51°, plus intime, avec notamment un petit bassin d’eau thermale naturelle, pure et non filtrée.

Parmi les offres originales en matière de bien-être, citons le bain romano-irlandais (à Walliser Alpentherme). Dans ce rituel, qui dure environ deux heures, on traverse, en tenue d’Eve ou d’Adam, bassins et pièces d’air chaud à différentes températures.

L’origine du thermalisme

L’eau thermale de Loèche-les-Bains possèderait de nombreuses vertus. Elle contient principalement du sulfate de calcium (gypse) ce qui aurait, entre autres, un effet apaisant sur les affections rhumatologiques et neurologiques. Avant d’arriver dans les piscines des centres thermaux de la station, l’eau voyage. Elle prend sa source à l’est du village entre les sommets du Majing­horn et du Torrenthorn. Entre 2300 et 3000 mètres d’altitude, près des lacs Wysssee et Schwarz­see, l’eau de pluie s’infiltre dans la montagne par des failles qui s’enfoncent jusqu’à 500 mètres sous le niveau de la mer. L’eau s’enrichit alors de sulfate de calcium, devient eau thermale et remonte à la surface, sous l’effet de son réchauffement, pour enfin sortir dans les sources de Loèche-les-Bains.

Les grands écrivains de la station

Loin de l’ambiance surpeuplée et branchée de certaines stations de ski, Loèche-les-Bains se présente comme un village relativement tranquille. Les habitants sont chaleureux et bons vivants. Le vin, le fromage et la viande séchée font partie du terroir. Pour une bonne table traditionnelle et abordable, Florent Moos conseille le Sternen avec ses nombreuses fondues ou l’Alpina. Pour boire un verre, dans une atmosphère plus moderne, mais tout aussi décontractée, le Chinchilla Bar offre une belle sélection de vins de la région, de bières, de cocktails et de plats raffinés.

Florent Moos, 28 ans, Event Manager

"James Baldwin a vécu à Loèche-les-Bains durant plusieurs années"


Le festival de hornuss sur neige

La station accueillera pour la cinquième fois, le 15 février 2020, un événement original: le tournoi de hornuss sur neige (en photo). En plus d’admirer les athlètes des clubs suisses, les spectateurs auront aussi l’occasion de tester ce sport surprenant, voire amusant. Le cadre enneigé, près du lac de Dauben, avec en arrière-plan la Gemmi, rend cette manifestation unique.

Parmi les autres rendez-vous à agender pour l’année prochaine, citons le 25e Festival international de littérature qui se déroulera du 26 au 28 juin 2020.

www.leukerbad.ch