X

Recherches fréquentes

TOURISME
MOCKBA

Moscou pour les hipsters

La capitale de la Russie ne se résume pas à son passé soviétique ou à ses églises orthodoxes. C’est une fourmilière fascinante, moderne, dynamique et complexe. Deux jeunes Moscovites nous donnent leurs bons plans.

PHOTO
Oleg Nikishin | DR | Carte: Janina Noser
28 octobre 2019

Il est presque midi ce mercredi de septembre. Le marché Danilovski se remplit petit à petit. Vadim Gourov, l’un des six fondateurs de la brasserie craft Zagovor, a une vingtaine de minutes de retard. Ce Moscovite de 32 ans s’excuse, accusant «la circulation imprévisible». Aux heures de pointe, les routes deviennent en effet infernales. Oubliez alors la voiture, le taxi, Uber et consœurs, le bus ou le tram. Le métro reste le moyen le plus rapide, même s’il est plein à craquer. Vadim, lui, se déplace souvent à vélo.

Lorsqu'un Moscovite vous dit «ce n'est pas loin», traduisez par «30-40 minutes de marche». Vadim fait souvent une halte dans le parc Muzeon, «tout près» du marché Danilovski, avant de poursuivre ses activités.

1. Paradis de la street food

Le marché Danilovski serait la plus ancienne place marchande de la ville. Entièrement rénové il y a quelques années, on y trouve de nombreux stands de nourriture allant des plats russes traditionnels jusqu’aux sushis, en passant par la cuisine végane. Chacun choisit le mets de son choix et se pose dans un espace commun à l’étage. «C’était un marché délabré. Il a été totalement transformé, explique Vadim en avalant quelques pelmenis (raviolis locaux). J’aime bien venir ici à midi pour manger car la nourriture est variée et on n’est pas obligé de rester assis à un seul endroit comme dans un restaurant.» Ce marché coloré, propret et joli, avec des stands bien aménagés de produits de saison ou non, de la région ou non, encerclé de stands de street food, est ouvert toute la journée. Mais ce temple pour hipsters comme il en existe d’autres (le marché Ousachevski, par exemple) est loin d’être bon marché. «C’est l’un des plus chers!», confirme Vadim qui n’y fait pas ses courses. Pour cela, il opte plutôt pour un magasin à côté de chez lui ou un marché en périphérie, le Teopliy Stan notamment, bien moins onéreux.

2. Sculptures de seconde main

Après le dîner, place à une promenade digestive jusqu’au parc Muzeon au bord de la Moskva, à côté du célèbre et très fréquenté parc Gorki. Il s’agit d’un musée d’art en plein air, gratuit, ouvert toute l’année. On y trouve plus de 1000 sculptures qui changent fréquemment. Des œuvres de sculpteurs connus de l’ex-URSS cohabitent avec des créations plus anciennes, ou au contraire, modernes. Vadim n’y va pas pour l’amour de l’art mais pour trouver un havre de paix loin du stress du quotidien. «Pour aller au centre-ville, je prends mon vélo et je longe la Moskva. Je me pose ici un instant pour profiter du calme. C’est très important pour moi de vivre dans une ville avec un point d’eau et des espaces verts.» Un programme varié, musical, cinématographique ou sportif pour petits et grands anime ce parc durant toute l’année.

3. Bière artisanale au Method

Il est temps de boire une bière au Method Beer & Munchies, un bar que Vadim et ses cinq associés ont ouvert il y a tout juste une année. Après la création de la brasserie Zagovor en 2014, le team ouvre le Rule Taproom (numéro un sur Ratebeer en Russie), en 2015, proposant 27 bières à la pression et le Dogma Bottle Shop, une véritable caverne d’Ali Baba pour les beergeeks. «Method est un bar plutôt calme la journée. Les gens s’installent dans un fauteuil avec leurs laptops ou prennent des rendez-vous. Le Taproom est plus festif avec une musique plus forte, du metal principalement.» Mieux vaut apprécier la bière, et la bière craft ça va de soi, car on ne peut pas y consommer d’autres boissons alcoolisées.

4. L’Inde à Moscou

Dans cette métropole, les restaurants internationaux foisonnent. On y trouve des spécialités du monde entier. De quoi voyager sans quitter la ville. Vadim, qui apprécie les plats épicés, recommande le Moscow-Delhi, un établissement hors du commun, situé en face de l’étang des Patriarches rendu célèbre par Le Maître et Marguerite de Boulgakov. Ce dernier a d’ailleurs écrit ce roman dans son appartement non loin, devenu un musée (gratuit). On pénètre dans le Moscow-Delhi par une cour intérieure. On laisse ses chaussures et sa veste à l’entrée avant d’accéder à une grande cuisine. Entre les plans de travail, quelques tables sont dressées. Les casseroles fument sur les vieilles cuisinières à bois. Ici, il n’y a pas de carte mais un menu unique. Les plats parfumés, préparés devant les clients, sont un vrai régal! Le tout (entrée, plat, dessert, chaï) pour 1000 roubles (environ 15 francs).

5. Les bons plans de Tanya

Autre jour, autre programme. Le rendez-­vous est pris avec Tanya Neyman à Artplay, une zone industrielle transformée en centre du design. La jeune Moscovite de 28 ans, guide à Urban Adventures Moscow, apprend actuellement le français, en autodidacte.

Espaces industriels reconvertis en lieux créatifs, cafés où l'on ne paye pas sa consommation mais le temps passé sur place: Tanya aime les lieux décalés et les contrastes.

Il est 16 heures, le soleil est déjà bien bas. «J’adore les endroits abandonnés comme celui-ci transformés en espaces créatifs. Ça ressemble à l’Europe, aux lieux pour hipsters. Quand j’étais plus jeune, mes amis et moi faisions une sorte de compétition. Il fallait être le premier à aller dans un nouvel endroit.» Juste à côté, l’ancienne usine de mise en bouteilles de vin, Winzavod, surfe sur la même vague, tout comme, ailleurs, Flacon (usine de production de cristal devenue centre de design et d’architecture) ou Khlebozavod 9 (ancienne fabrique de pain où se succèdent cafés et magasins branchés).

6. La bibliothèque des jeunes

Tanya, qui a étudié le journalisme, a l’esprit curieux. Elle dévore les livres et s’épanouit dans les bibliothèques. «J’ai toujours beaucoup de retard pour rendre les livres, sourit-elle. La bibliothèque jeunesse est un lieu cool, rénové où sont souvent organisés des événements et des workshops.» Pour s’installer confortablement, prendre un livre ou travailler sur son ordinateur, pas besoin de carte de membre et l’entrée est gratuite.

7. L’anti-café Ziferblat

Les températures sont glaciales en ce mois de septembre, ce qui n’est pas habituel pour la saison. Tanya propose de se réchauffer au Ziferblat, où elle se rend souvent pour lire, bien sûr, étudier ou rencontrer des amis. Ce concept d’«anti-­café» inventé à Moscou s’est exporté, en Angleterre notamment, mais sans le même succès.

Ici, on ne paye pas la consommation mais le temps. Pour une heure, avec boissons (thé, café, eau) et biscuits à volonté, il vous faudra débourser 210 roubles (environ 3 fr. 30). «En Russie, ce concept marche car nous n’avons pas de campus universitaire. Nous n’avons pas tous de grands appartements et beaucoup de jeunes vivent avec leurs parents. Il est parfois difficile de trouver un lieu pour étudier ou passer du temps ensemble. Là, nous sommes au centre-ville et on peut rester longtemps sans trop dépenser.» Tout est fait pour que l’on se sente comme à la maison. Déco cosy, fauteuils et canapés, le linge qui sèche dans la salle de bains et l’on sonne pour entrer.

8. Surprise au Carlton

Tanya propose ensuite une autre visite culturelle. Elle pousse la porte du Ritz-Carlton, un cinq-étoiles proche de la place Rouge où séjournent les grands de ce monde en visite à Moscou. «Obama a dormi ici», souligne-t-elle. Je commence à me demander ce qu’on fait là. Mais en descendant au sous-sol, tout s’éclaire. Un grand espace d’art contemporain s’ouvre à nous. Nous sommes dans le Cube. «J’adore ce contraste. On ne s’attend pas à découvrir de l’art contemporain dans un cinq-étoiles», dit Tanya, enchantée de présenter cet endroit qui a ouvert en février. Des conférences, événements, expositions et galeries se côtoient dans cet espace créatif singulier, inhabituel pour Moscou. «L’art contemporain est encore peu représenté dans cette ville», ajoute-t-elle en regardant sa montre.

Elle doit filer prendre le métro pour poursuivre sa journée qui semble durer plus de 24 heures.