X

Recherches fréquentes

Tourisme
Zurich

Sur les pas des dadaïstes

Le mouvement artistique contestataire du début du XXe siècle a choisi Zurich comme centre névralgique. Des lieux portent encore l’empreinte du dadaïsme dont l’esprit reste définitivement moderne.

PHOTO
 Zürich Tourismus / Gaetan Bally | Alamy
24 juin 2019

L’actuel Cabaret Voltaire, aujourd’hui lieu culturel, a gardé l’esprit dada...dans sa déco. 

Zurich. Première Guerre mondiale. Lorsque les dadaïstes débarquent, ils ne choisissent pas une ville au hasard, mais une cité ouverte sur le monde, artistiquement dynamique et surtout neutre! Ce mouvement profondément pacifiste, international, jeune, installe son QG dans un pays en paix. 

C’est en 1916 que naît officiellement le dadaïsme, au Cabaret Voltaire, à la Spiegelgasse 1. Il existe de nombreuses définitions du mot dada, dont celle de Tristan Tzara, l’un de ses membres les plus actifs: «Dada ne signifie rien.» Leurs créateurs, des intellectuels, des artistes contestataires, provocateurs, en réaction contre l’ordre établi, n’en ont volontairement jamais donné un sens clair. Dans ce cabaret qui détonne, voire dérange, au cœur d’un quartier d’habitation, se déroulent de nombreuses soirées, des danses, des lectures, des performances… «Les habitants de la vieille ville ne le voyaient pas d’un très bon œil», explique Annamària Pàl Müller, guide francophone de la ville. Raison pour laquelle, en plus des problèmes financiers, les dadaïstes quittent le Cabaret Voltaire quelques mois plus tard. Mais bien que furtive, leur présence a fortement marqué les lieux. En 2016, pour les 100 ans du mouvement, de nombreuses expositions et visites guidées sur le thème ont envahi Zurich. Le Cabaret Voltaire qui avait rouvert ses portes en 2004 a aussi repris son nom de l’époque dada. Il est aujourd’hui un bar et un lieu culturel. 

Visiter Zurich sur les pas des dadaïstes permet de (re)découvrir des ruelles tranquilles et pittoresques, loin du brouhaha des grands magasins ou de la foule de la Bahnhofstrasse. On passe notamment devant l’ancien appartement de Lénine qui vivait également à la Spiegelgasse. A-t-il fréquenté le Cabaret Voltaire? «Peut-être. Mais nous n’en avons aucune preuve», répond la guide. 

Plus loin, au numéro 13 de la Niederdorfstrasse, se trouvait le Variété Hirschen (aujourd’hui hôtel et cave à vin). Avant de réaliser leur rêve en ouvrant leur QG, Hugo Ball et Emmy Hennings, qui font partie des fondateurs du dadaïsme, se produisaient au Hirschen pour se faire un peu d’argent. «Emmy Hennings était une femme fascinante. Elle avait une telle présence sur scène. Ses poèmes sont absolument magnifiques.»

Beaucoup d’œuvres dadaïstes se trouvent au Kunsthaus de Zurich et l’une des plus importantes collections dada du monde peut être consultée en ligne sur le site du musée. 

Les ruelles du Niederdorf invitent à la flânerie. Par beau temps, les terrasses se colorent de monde. Locaux et touristes se côtoient dans une atmosphère décontractée. 

La galerie Corray qui deviendra Galerie Dada, – aujourd’hui Sprünglihaus –, près de Paradeplatz, a accueilli la première exposition dadaïste en 1917. Après la fermeture du cabaret, c’est ici que les artistes se rencontraient et exposaient. La danse faisant partie intégrante de l’expression dadaïste, ces derniers fréquentaient la célèbre école Laban, qui avait élu domicile près de la Bahnhofstrasse, puis sur la Seehofstrasse. 

Hugo Ball récitant des poèmes dadaïstes, un mouvement où l’humour jouait aussi un rôle important.

Le café Odeon et son architecture Art nouveau, près de la Limmat, vaut également le détour. Outre les dadaïstes, ses murs ont accueilli nombre des personnalités, aux occupations radicalement différentes, que l’on ne présente plus: Mussolini, Lénine, Einstein ou les écrivains Stefan Zweig, James Joyce. 

Après la guerre, les dadaïstes quittèrent la Suisse pour s’installer dans des métropoles aux quatre coins du monde. Leur huitième et dernière soirée se déroule au Kaufleuten (Pelikanstrasse 18) en 1919. Il y a de cela 100 ans...

Figures dadaïstes à Zurich

Emmy Hennings et son compagnon Hugo Ball, Tristan Tzara, Marcel Janco, Hans Arp, Sophie Taeuber-Arp, Richard Huelsenbeck…

Infos sur les visites guidées